12 octobre 2020
12 oct. 2020

“Nous ne pouvons pas proclamer la vie et en même temps mettre la vie en danger”

“Nous ne pouvons pas proclamer la vie et en même temps mettre la vie en danger”
Il y a tant d'hommes et de femmes différents sur la route, qui ont tous une passion pour l'Église et une forte volonté. Ils cherchent tous une réponse à la question : "Comment pouvons-nous vivre le message de Jésus qui libère et porte ?
par  Brigitte Deiters

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Lorsque la pandémie de corona a atteint son premier pic en Allemagne et dans le monde, l’évêque de Hildesheim, Heiner Wilmer, a écrit son nouveau livre. “Trägt” est mis pour le titre; en dessous, comme sous-titre : “Die Kunst, Hoffnung und Liebe zu glauben”  (« L’art de mettre sa foi en l’espérance et l’amour »).

En fait, il avait prévu de le faire à une date ultérieure. Ce n’est que dans quelques années que paraîtra son prochain livre avec pour titre: “Sur quoi se fonde l’essence du christianisme?”

“Nous avons tous senti que Corona nous arrachait le tapis. Les grandes questions qui se posent sont les suivantes : qu’est-ce qui me retient quand le sol glisse sous moi, quand je tombe, quand je ne peux pas me lever ou revenir, mais aussi quand je suis bien et que le soleil brille”, explique l’évêque Wilmer.

Il a divisé le livre en trois sections : “Ce qui est important et ce qui nous stimule. Ce qui porte. Qui porte”. L’évêque Wilmer dit qu’étant donné les craintes et les limites, il a également entendu la question : “Où est l’Église, où sont les évêques ? “Je voulais donc être une humble voix offrant l’aide du grand trésor de l’Église.”

Malgré cette question cruciale aux églises, elles ne se sont pas dérobées pendant le confinement, comme on l’accuse parfois, a déclaré l’évêque Wilmer. En ce qui concerne les services inhabituels, il est convaincu : “Nous ne pouvons pas proclamer la vie et en même temps mettre la vie en danger”. Et il fait référence à de nombreuses “merveilleuses initiatives” telles que les services en streaming, les groupes liturgiques WhatsApp, les suggestions d’églises de maison, les offres caritatives comme les services de shopping ou les conseils par téléphone.

Les églises ont vu les besoins de la population, souligne l’évêque Wilmer : “Nous avons remarqué le gigantesque fardeau supplémentaire que les familles et les enfants ont dû supporter. Nous avons vu les soucis économiques qui affectent les employés et les employeurs. Mais tout cela était si nouveau que nous n’avons pas fait de commentaires au niveau fédéral dans un premier temps”.

Aujourd’hui, l’église se positionne clairement, par exemple dans le désaccord sur le fait que les gens doivent mourir seuls : “Des choses terribles sont arrivées, ce n’est pas possible ! Dans les maisons de retraite, nous avons besoin d’une nouvelle façon de penser et des concepts de protection adéquats, afin que les partenaires de longue date et les membres de la famille n’aient plus à se rencontrer seulement à distance”.

Il est nécessaire de résoudre le paradoxe selon lequel trop de proximité peut tuer, mais aucune proximité ne peut parfois tuer les gens.

Récemment, le processus de la “voie synodale” a été poursuivi en Allemagne. Les sujets abordés sont le pouvoir et la séparation des pouvoirs dans l’Église, la morale sexuelle de l’Église, le célibat des prêtres, et les femmes dans les ministères et les bureaux de l’Église. Là aussi, Corona est responsable du fait qu’il y a eu plusieurs conférences régionales au lieu d’une autre réunion nationale. L’évêque Wilmer considère cette décision comme une “excellente étape”. Dans les petits groupes, dit-il, c’était plus personnel, il était plus facile de se parler, tout le monde était entendu : “J’ai trouvé cela très coopératif.

Il décrit comme complexe le chemin qui attend l’Église en Allemagne. Mais : “Personnellement, je suis convaincu que nous allons faire des progrès. C’est formidable que nous soyons ensemble. Il y a tant d’hommes et de femmes différents sur la route, qui ont tous une passion pour l’Église et une forte volonté. Ils cherchent tous une réponse à la question : “Comment pouvons-nous vivre le message de Jésus qui libère et porte ?

Il est également convaincu que l’Église en Allemagne ne peut pas suivre cette voie seule, mais doit élargir sa vision et son réseau avec les pays voisins et l’Église universelle.

En même temps, il est détendu sur la “dépendance” de l’église mondiale : “Il y a toute une série de points que nous, en tant qu’évêques, pouvons mettre en œuvre nous-mêmes. Il mentionne à titre d’exemple la question du pouvoir, de la délégation de responsabilité. Dans le cadre du droit canonique, il existe encore des possibilités inutilisées, dit-il, “afin que nous puissions donner aux femmes et aux hommes baptisés des tâches responsables.

 

 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information