02 octobre 2020
02 oct. 2020

Avec un esprit d’oblation-réparation

Avec un esprit d’oblation-réparation
Bien qu’il ne soit pas dehonien, le témoignage de Msgr. Pedro Casaldáliga rencontre la spiritualité dehonienne: oblation et réparation.
email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Le 8 août, l’évêque Mgr. Pedro Casaldáliga est mort à Batatais, au Brésil, des suites de problèmes respiratoires aggravés par la maladie de Parkinson. Né le 16 février 1928 à Barcelone, en Espagne, il entre dans la Congrégation des Fils du Cœur Immaculé de Marie – Claretains en 1943 et est ordonné prêtre le 31 mai 1952. À l’âge de quarante ans, il est envoyé au Brésil comme missionnaire à São Félix do Araguaia, une prélature dont il devient l’évêque après son ordination épiscopale en 1971, et y reste jusqu’à la fin de sa vie.

La renommée de Mgr. Pedro Casaldáliga dépasse largement le territoire brésilien en raison de son travail pastoral lié principalement aux questions indigènes et aux conflits agraires, mais aussi à la jeunesse. Même s’il n’était pas dehonien, il a croisé à plusieurs reprises le chemin de certains de nos confrères et aujourd’hui, en guise d’hommage, ils témoignent de leur expérience avec Mgr. Pedro (en cliquant sur chaque nom, vous pouvez télécharger le témoignage complet).

 

Mgr. Vilsom Basso, évêque de Imperatriz, se souvient des occasions où il a rencontré “Pedro”, comme il aimait lui-même à être appelé, parfois avec “beaucoup d’énergie et d’espoir”, parfois “serein et silencieux”. Il était vraiment un “homme spécial, unique” avec “un sourire doux et constant, de la prophétie et du courage”. Pour Mgr. Vilsom, dont la date d’anniversaire est la même que celui de Mgr. Pedro, le rencontrer était “un privilège immérité, mais une grâce spéciale”.

 

Mgr. Vital Chitolina, évêque de Diamantino, une région proche de São Félix do Araguaia, rappelle que Mgr. Pedro“ a connu dans sa peau et dans son cœur des défis indéniables… il a connu des distances géographiques et humaines… il a été témoin de l’enlèvement brutal d’innombrables vies… il a dénoncé la négligence et l’exploitation des minorités… il a tendu la main aux pauvres”. Même s’il n’a pas cherché “la reconnaissance ou l’honneur”, il a fait reconnaître son “nom et son apostolat dans le monde entier”.

P. Cláudio Weber, ancien Conseiller Général, reconnaît que, même s’il n’avait rencontré Mgr. Pedro que quelques fois, il a beaucoup appris de lui et a commencé à l’admirer: “Je lis ses articles et ses poèmes avec un intérêt toujours plus grand”. Il considère l’évêque comme un “dehonien exemplaire pour son esprit d’oblation-réparation”, nourri “dans la communion et l’adoration eucharistique”, et avec une “capacité intellectuelle et une éloquence poétique” au service de la mission.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information