21 octobre 2020
21 oct. 2020

Homicide du père José Manuel de Jesús Ferreira

P. José a été attaqué alors qu'il essayait d'empêcher l'agression de certains paroissiens. Le père est mort dans la nuit du 20 octobre après avoir été blessé.

par  Manuel Lagos, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Entendre dire que la vie d’une personne a été enlevée à cause de la violence et du crime au Venezuela est malheureusement devenu monnaie courante. En 2019, le Venezuela est resté l’un des pays ayant enregistré le plus grand nombre de morts violentes dans la région et dans le monde, avec un nombre d’homicides estimé à 16 505. Ce type d’information peut nous sembler être simplement des données ou des statistiques. Mais si nous nous arrêtons un instant pour écouter les histoires concrètes des familles vénézuéliennes, nous serons simplement émus, outrés et amenés à réfléchir sur le sens même de notre vie et de celle de nos proches. Ces choses ne devraient pas se produire comme ça. Dans ces situations, en tant que religieux et prêtres, nous essayons, à partir de notre foi, d’être proches, de vivre et de faire le deuil, de donner de l’espoir, du réconfort et du soutien aux proches et aux personnes les plus touchées.

Aujourd’hui, c’était notre tour, les Dehoniens du Venezuela. Aujourd’hui, c’était notre tour, les Dehoniens du Venezuela. Dans la nuit du 20 octobre 2020, alors que le père José Manuel tentait d’éviter l’agression de quelques paroissiens à la porte de la maison paroissiale, il a été tué par balle, ce qui a entraîné sa mort.

Le père José Manuel est né à Caracas (Venezuela) le 25 novembre 1980. Il est le fils d’Isabel et de Juan, des immigrés portugais au Venezuela. Il était le troisième de quatre frères et soeurs. Comme de nombreuses familles vénézuéliennes qui sont des commerçants et des entrepreneurs, ses frères et sœurs ont travaillé et lutté pour faire vivre leur famille non sans difficultés. En raison de la situation instable au Venezuela, sa mère a dû retourner à Madère (Portugal) et son père est resté dans l’urbanisation “El Cementerio”, où ses enfants ont grandi.

José Manuel est entré dans la Congrégation des Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus en l’an 2000. Il vivait dans notre paroisse “San Miguel Arcángel” au cimetière. Il a fait ses premiers vœux dans cette paroisse le 29 septembre 2004 et a ensuite été ordonné prêtre le 19 décembre 2009.

Pendant son ministère diaconal et plus tard en tant que prêtre, il était responsable du travail pastoral dans la paroisse de “Nuestra Señora del Carmen” à Mariara. Il a participé pendant un certain temps au cours pour formateurs à Rome, puis est retourné au Venezuela. Il a été nommé administrateur paroissial de l’église “Santo Domingo de Guzmán” dans le diocèse de San Carlos, où réside actuellement notre communauté dehonienne. Après un certain temps de discernement, il a quitté la communauté et s’est mis à la disposition de l’évêque local qui lui a confié l’église dédiée à la patronne du diocèse “La Divina Pastora” dans la ville de Lagunitas. Dans ce temple, il a promu de manière créative et dévouée la dévotion à la Vierge et a développé de nombreuses activités de promotion sociale dans le milieu rural. Il était jusqu´ici curé du sanctuaire eucharistique “San Juan” à San Carlos. Dans cette paroisse, il a commencé la restauration du temple qui date de l’époque coloniale et a promu diverses activités de nature sociale en faveur des plus défavorisés. Entre autres tâches, il était responsable de la pastorale missionnaire du diocèse de San Carlos.

Ceux qui ont connu José Manuel connaissent son esprit charismatique et dynamique, toujours intéressé par le développement d’activités innovantes. Son caractère affable et détendu s’intègre parfaitement au travail pastoral. Il a su intérioriser le “ecce venio” dans sa vie. Je me souviens personnellement de la disponibilité dont il faisait preuve pour aider les frères. Bien qu’il ait été pleinement immergé dans le travail pastoral de sa paroisse, il n’a jamais cessé d’avoir un cœur dehonien. Il a fréquemment rendu visite à nos confrères et a providentiellement travaillé aux côtés de notre école technique, ce qui lui a permis d’avoir une bonne et étroite relation avec la communauté. Il était un homme de “portes ouvertes” à accueillir et aujourd’hui nous nous souvenons de lui avec son sourire et son charisme particulier. Nous nous souvenons de lui comme d’un fervent dévot de Notre-Dame et du Saint-Sacrement, mais nous nous souvenons surtout de lui comme d’un homme agité, en mouvement et en recherche constante, comme d’un “bon frère”.

Aujourd’hui, c’est à notre tour de nous réconforter les uns les autres. Nos sincères condoléances à ses proches – certains au Venezuela et d’autres ailleurs – qui, comme nous, ont été consternés par cette nouvelle. Sentez notre soutien et notre affection venir du cœur. Puissions-nous trouver dans le Cœur transpercé du Christ, la consolation et l’espoir en ce moment de tristesse et d’angoisse. Nous prions pour tant de familles qui souffrent de cette tragédie jour après jour au Venezuela et dans le monde. Que les injustices et la violence dans le monde soient transformées en paix et en justice, nous l’implorons avec ferveur depuis le Cœur de Jésus.

.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information