24 mai 2021
24 mai 2021

J.G. Hernández : l’idéal vénézuélien dans un idéal vénézuélien

Le 30 avril 2021, le médecin vénézuélien G. Hernández a été béatifié. Sa vie était et reste importante pour les Vénézuéliens d'hier et d'aujourd'hui. Mais pas seulement.

par  P. Antonio Teixeira scj
Settimananews

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Ces derniers jours, mon attention a été attirée par le fait que, dans diverses parties du monde, la béatification du Dr José Gregorio Hernández a été une nouvelle importante. J’ai reçu quelques appels de l’étranger et ce qu’ils me demandaient avant tout, c’était pourquoi tous les Vénézuéliens étaient si heureux de sa béatification.

Je n’ai pas l’intention de m’attarder sur une biographie, car ces informations peuvent être trouvées à plusieurs endroits sur le web. Je tiens plutôt à souligner que sa vie a été et reste importante pour les Vénézuéliens d’hier et d’aujourd’hui.

 Médecine et proximité

Francisco Salas Pérez a publié en 1893 une interview de José Gregorio dans la revue culturelle El Cojo Ilustrado, dans laquelle il décrit notre bienheureux comme un homme important et illustre des Caraïbes : “Il sait tout ce qu’un homme qui a passé ses 26 ans à apprendre peut savoir, mais il connaît aussi une science qui ne peut être apprise dans aucune académie. Il sait comment se faire aimer. En tant que médecin, il deviendra une célébrité, sa notoriété est désormais établie : ce n’est qu’une question de temps pour qu’elle se propage.”

José Gregorio n’était pas seulement un médecin, c’était un ami, quelqu’un de proche et de concerné par la vie et la santé de ceux qu’il visitait. En plus de son travail à l’hôpital, il avait son propre cabinet privé, où il s’occupait également des pauvres avec la même attention que ceux qui pouvaient le payer. Sa religiosité et son caractère andin se combinent à l’élégance du Caraïbéen de la fin du XIXe et du début du XXe siècle et à la vision du monde qu’il avait étudiée à Paris, Berlin et Madrid.

Sa réussite dans le monde de la médecine ne l’a pas privé de sa proximité avec tout le monde. Les gens le connaissaient comme un homme bon, facile à vivre, humble et très sage. Il s’est laissé aimer et c’est pourquoi le jour de son enterrement, les rues de Caracas étaient remplies pour voir passer le cortège funèbre.

 Une occasion pour l’Église vénézuélienne

La béatification de José Gregorio est d’une grande importance pour l’Église vénézuélienne, non pas parce qu’elle a une personne de plus sur les autels, mais parce qu’avec elle, c’est la manière populaire de comprendre et de vivre la foi typique des Vénézuéliens qui est béatifiée.

Pour le Vénézuélien, un homme de foi n’est pas celui qui se caractérise par ses nombreuses dévotions et pratiques religieuses, mais par sa bonté et sa proximité. En fait, les dévotions au Venezuela sont un lieu de rencontre et de célébration et non des rituels formels et étudiés. Pour ne citer que quelques-unes de ces dévotions, il convient de mentionner la Croix de mai, où les gens récitent et chantent des fulías [1], la Fête-Dieu, où les diables traditionnels dansent devant le Saint-Sacrement, et la Saint-Jean-Baptiste, où l’on joue du tambour et l’on danse autour de l’image du saint. Il n’y a pas de dévotion populaire sans relations et il n’y a pas de relations sans célébration.

Ce style de vie, dans lequel les relations sont l’axe autour duquel s’articule l’existence, est inscrit dans l’ADN des Vénézuéliens. Personne n’a réussi à vivre cet idéal relationnel autant que le Dr. José Gregorio Hernández ; en fait, la façon dont José Gregorio s’est rapporté aux autres a laissé une marque si profonde dans la vie et la mémoire des Vénézuéliens que sa vie est devenue un idéal à atteindre. On comprend donc que ce n’est pas un hasard si ce nouveau bienheureux est aimé non seulement des catholiques, mais aussi des Vénézuéliens appartenant à d’autres confessions religieuses et même des athées.

Le respect que le monde universitaire porte à ce célèbre bienheureux n’est pas seulement dû à l’appréciation de sa contribution à la science, mais aussi à sa bonté. Luis Razzeti, un éminent médecin vénézuélien, athée par conviction, critique intellectuel de la foi et adversaire académique de José Gregorio, a surpris de nombreux Vénézuéliens lorsque, après la mort du bienheureux, il a reconnu José Gregorio comme un authentique prêtre de la médecine.

Pour sa part, Rómulo Gallegos, l’écrivain le plus important de l’histoire du Venezuela, qui a également été président de la nation, a déclaré avec consternation : “Heureuse est la mort de cet homme qui nous a fait vivre des heures intenses d’élévation spirituelle. (…). Les larmes d’amour et de gratitude, le tremblement angoissé des cœurs brisés par le coup absurde et brutal qui a brisé une existence précieuse, la douleur, l’étonnement, tout cela a composé autour du corps du docteur Hernández le plus bel hommage qu’un peuple puisse rendre à ses grands hommes (…) Ce n’est pas un mort qu’ils ont porté en terre, c’est un idéal humain qui est passé en triomphe, électrisant nos cœurs. On peut être sûr qu’en suivant le cercueil du Dr José Gregorio Hernández, nous avons tous ressenti le désir d’être bons.”

 Le défi d’une béatification

La béatification pose quelques défis à l’institution ecclésiale vénézuélienne. La figure de José Gregorio rassemble des Vénézuéliens de différentes tendances politiques, ce qui constitue une excellente occasion de jeter des ponts et d’engager des dialogues jusqu’ici refusés par l’entêtement des acteurs politiques.

Un autre front ouvert avec la béatification est celui de l’évangélisation.

Il ne fait aucun doute que le Vénézuélien est un chrétien avec son propre style, ce qui explique qu’il ne s’est jamais laissé contrôler par les institutions ecclésiales. Il est temps de tendre la main à une Église qui reconnaît et comprend la foi populaire des Vénézuéliens ordinaires. Le christianisme au Venezuela est populaire plutôt qu’institutionnel.

Si les pasteurs de l’Église parviennent à saisir la richesse de la foi contenue dans la vie quotidienne des Vénézuéliens, de nouvelles formes liturgiques seront générées, où les gens se voient reconnus et se sentent célébrés ; des propositions éthiques plus centrées sur le bien que sur le péché et des relations fraternelles basées sur la bonté et la solidarité.

Le défi pour l’Église institutionnelle est grand. Il faut dire que ceux qui n’ont vraiment jamais oublié ou abandonné la cause de José Gregorio étaient les fidèles du peuple. L’institution ecclésiastique, au contraire, ne s’est pas engagée dans le temps.

Nous devons reconnaître que depuis le début du processus de béatification, il y a eu des moments où la cause a été oubliée et abandonnée. Les habitants des camps et des quartiers populaires ne l’ont jamais fait.

C’est pourquoi il est le saint du peuple vénézuélien, le peuple qui, dès sa mort, l’a canonisé en le plaçant sur des autels improvisés dans les maisons de nos quartiers populaires, en le peignant sur les fresques de la ville et en fixant son image au-dessus des lits d’hôpitaux pour protéger et soigner les malades du lieu.

SettimanaNews è una piattaforma online che offre una informazione religiosa nel contesto del confronto culturale e storico-civile. Essa eredita la rivista cartacea Settimana (1946-2015) che si è distinta per la sua attenzione pastorale.
La proprietà del sito è della Provincia religiosa Italia Settentrionale dei dehoniani.

Article disponible en:

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information