10 juillet 2021
10 juil. 2021

Journées de terreur à Caracas dans le quartier du cimetière

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos (Mt 11,28).

par  Alejandro Iglesias

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Au Venezuela, à la fin d’une conversation avec quelqu’un, lorsqu’on lui dit au revoir, il est d’usage de dire : Prenez soin de vous! C’est devenu une habitude de dire ce mot quand on se dit au revoir. Ce n’est pas un hasard et de nombreuses familles vénézuéliennes ont dû faire le deuil d’un parent tué par une balle, et les vols ou les enlèvements ne sont pas rares. Cette “prise en charge” n’a pas été pour moins dans ces trois jours du 6 au 8 juillet 2021, en espérant que bientôt la situation se calme. Tout au long de ces trois jours, il y a eu des tirs continus, avec de petites trêves, entre les groupes armés du Barrio, pour la plupart très jeunes, et la police dans ce qu’on appelle “secteur du cimetière”, au sud-ouest de Caracas où se trouve notre paroisse dehonienne “San Miguel Arcángel”.  Ces quartiers de Cementerio et Cota 905 sont contrôlés par ces groupes armés et il y a parmi eux des pranes (patrons).

Il y a toujours eu des tensions entre la police et les groupes armés dans le quartier, voire des négociations, mais cette fois, la confrontation a atteint ses limites. La terreur et la crainte se sont emparées de la population du “secteur du cimetière” à cause des coups de feu produisant en même temps des aboiements de chiens et parfois des cris et quelques pleurs. Les messages que nous avons échangés avec les paroissiens que nous connaissions et aimions étaient les suivants : “c’est très moche”, “c’est horrible”, “prenez soin de vous”.

De notre terrasse, nous avons vu passer de nombreux corps de police, ainsi que quelques chars. Une des fenêtres de notre terrasse a été touchée par deux tirs. Depuis le 7, nous sommes sans électricité dans toute la région. Aujourd’hui encore, de nombreuses personnes continuent à vivre sans électricité, s’inquiètent de ne pas avoir d’eau et de voir le peu de nourriture qu’elles ont endommagé. Après deux jours à entendre toutes sortes de bruits dus à des coups de feu et à des explosions de grenades, nous avons décidé, tôt le matin du 8, de partir et de nous réfugier dans notre maison du Séminaire-philosophique, la plus éloignée du “secteur du cimetière”.

En sortant, nous avons vu de nombreuses personnes qui descendaient du quartier, des femmes avec des enfants, des personnes avec des sacs, des sacs à dos, qui se rendaient chez une connaissance ou un parent pour s’abriter comme nous dans un autre endroit plus éloigné de la zone. À ce moment-là, j’ai pensé à tant de personnes que j’avais vues à la télévision, fuyant leur maison avec le peu d’affaires qu’elles possédaient à cause de la guerre, mais qui étaient désormais une réalité parmi la population du “secteur du cimetière”.

Nous avons également hébergé dans notre séminaire d’autres personnes du “secteur du cimetière”. Huit autres personnes sont restées dans une maison que nous avons dans la même rue que le séminaire. On peut lire la peur et la fatigue sur tous leurs visages. Il est bon que notre séminaire soit devenu un lieu de repos et de soulagement pour eux tous. Les religieux et les personnes en formation font peut-être des efforts, bouleversent peut-être leur emploi du temps, s’occupent des gens et multiplient les arepas ces jours-ci, mais ils comprennent que telle est notre mission : “Venez à moi, vous qui êtes fatigués et chargés, et je leur donnerai du repos” (Mt 11,28).

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

Je consens au traitement de mes données personnelles