14 janvier 2021
14 janv. 2021

Les nouveaux projets missionnaires de la Congrégation

Entretien avec le Père Stephen Huffstetter SCJ, vicaire général de la congrégation, sur l'état actuel des nouvelles missions dehoniennes.

par  Boris Igor Signe, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Cher Père Stephen, le programme missionnaire de l’administration générale semble être très consistant. Pourriez-vous brièvement nous en dérouler le contenu ?

Le P. Dehon avait un grand amour et un grand engagement pour les missions, et nous voulons être fidèles à notre charisme fondateur. Nous recevons souvent des demandes des évêques pour travailler dans un diocèse ou un pays où nous ne sommes pas encore présents. Le Conseil général a discuté des possibilités concernant de nouveaux pays et veut aller de l’avant par des moyens modestes mais engagés.

Le conseil précédent avait un plan audacieux qui comprenait de nombreuses nouvelles possibilités. Après avoir discuté sur le plan que nous avons hérité, ce conseil a demandé à chaque région géographique de se concentrer sur une nouvelle mission. Dans le cas de l’Asie, la sélection a consisté à renforcer la Communauté internationale en Asie (ICA), qui en est encore à ses débuts. L’Afrique a identifié le Kenya, qui est probablement à quelques années de sa réalisation. La Colombie a reçu ses premiers Dehoniens à l’automne dernier, et les Pays-Bas préparent trois membres qui commenceront à étudier la langue et la culture néerlandaises dans les prochains mois.

Parmi tous ces projets missionnaires, lesquels ont été réalisés ?

La Colombie est en train de prendre pied. Nous avons quatre membres là-bas, dans une zone de classe inférieure de Bogata. Notre objectif est de nous concentrer davantage sur la réparation et la réconciliation au sein des familles que sur le travail sacramentel paroissial.

Quels sont les principaux défis auxquels vous êtes généralement confrontés lors de l’ouverture d’une nouvelle mission dans un pays étranger ?

Trouver les bonnes personnes, le bon endroit, le bon projet et les ressources nécessaires pour couvrir les dépenses. A part cela, le reste est facile !

Le premier défi consiste à essayer de comprendre la langue et la culture. La grande question que nous devons nous poser est de savoir ce que notre charisme peut apporter au peuple de Dieu sur cette terre. Qu’est-ce qu’un projet apostolique viable qui reflète les valeurs et les objectifs dehoniens ? Il y a une question pratique de finances. Dans le passé, les provinces établies ont pris la responsabilité de recruter du personnel, et aussi des finances. Ce modèle n’est plus viable. Il est important que les missionnaires vivent, autant que possible, du fruit de leur propre travail.

Ce sont sans doute ces difficultés qui ont ralenti l’ouverture de la présence du SCJ dans d’autres pays, comme prévu dans votre programme ?

De nombreux évêques demandent aux prêtres de les aider dans les régions reculées, ce qui signifie généralement qu’ils doivent vivre seuls. Si le ministère dans les périphéries est important pour nous, nous ne voulons pas que nos membres vivent seuls. Nous voulons des lieux de ministère où la vie communautaire est encouragée et possible. Nous recherchons des lieux qui incorporeront les talents des frères religieux qui veulent servir. Il faut également tenir compte de la nécessité d’offrir des stages de qualité aux personnes en formation.

L’obtention de visas et d’autorisations prend également du temps. Dans certains pays, il est difficile d’obtenir une autorisation de travail pour les étrangers.

Pouvez-vous déjà nous dire quelles seront nos nouvelles présences missionnaire en 2021 ?

Nous espérons lancer la nouvelle communauté aux Pays-Bas dans les prochains mois. Cette présence n’est pas nouvelle, puisque nous sommes historiquement très présents dans cette partie du monde. En fait, nos provinces néerlandaises et flamandes ont été parmi les plus généreuses au service des missions. Elles considèrent maintenant que leur mission est en voie d’achèvement, et le Conseil général voudrait passer le flambeau à une nouvelle génération de dehoniens en formant une communauté internationale pour y poursuivre la présence de notre charisme et de notre spiritualité.

En raison de la pandémie de Covid, et des retards liés à d’autres facteurs, le projet du Kenya pourrait attendre l’année suivante.

Est-il évident de trouver des confrères ou peut-être comptez-vous surtout sur les entités dites du Sud, avec encore beaucoup de vocations ?

Ce n’est certainement pas facile pour le personnel. Les jeunes membres sont forts de leur enthousiasme et de leurs idéaux. Les entités plus petites et plus anciennes comptent des personnes qui ont la sagesse, l’expérience et le désir de servir, et qui ont été parmi les plus dévouées au service des missions. Les entités qui ne comptent que quelques membres font un grand sacrifice en libérant un membre pour les missions. Mais c’est là un véritable signe que notre esprit missionnaire est bien vivant.

Il est également important pour l’église du Sud de développer un sens aigu de la mission et du service au sein de sa propre culture et réalité, en allant vers les périphéries avec des projets bien définis.

La vie communautaire est assez gratifiante, mais elle n’est pas facile et demande des efforts de la part de tous. Lorsque des personnes d’origines culturelles différentes se réunissent pour former une communauté internationale, c’est encore plus difficile. Mais dans notre esprit de Sint Unum, comme nous le rappellent nos constitutions, “nous voudrions être un signe que la fraternité dont les gens ont soif est possible en Jésus-Christ, et nous voudrions en être les serviteurs. “ (65)

Encore une question. Selon vous, dans quel esprit devrions-nous entamer une nouvelle mission ?

Je trouve l’inspiration dans le dernier chapitre de l’Evangile de Matthieu. Après avoir commandé aux disciples d’aller faire des disciples de toutes les nations, Jésus promet aussi d’être avec eux, jusqu’à la fin des temps. Je crois que lorsque nous aurons confiance et que nous nous engagerons courageusement dans sa mission, nous serons bénis d’innombrables façons inattendues.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information