13 novembre 2020
13 nov. 2020

Entrepreneuriat

© photo credit: pictures of Money
par  Gonzalo Arnáiz Álvarez, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Jésus veut se concentrer sur la fin des temps où le Seigneur vient régler les comptes. Et l’horizon de ce jugement sera de vérifier les valeurs et la réalité du Royaume de Dieu que nous avons annoncé et construit.

Il est évident que notre tâche de vie humaine passe par la construction de ce monde. Jésus viendra vérifier comment nous l’avons fait. Pas tant ce que nous avons fait, qui sera très bon ou moins bon, mais surtout les valeurs qui nous ont inspirés et cultivés dans la construction de cette civilisation.

Je demande donc : quel est le talent ou la perle précieuse que Dieu a donné à chacun de nous, croyants en Jésus-Christ ? La perle précieuse que nous avons tous reçue est Jésus Christ lui-même, une perle scellée par le don de l’Esprit dans notre baptême et notre confirmation.

Notre tâche dans la vie est d’être “d’autres Christs” ; d’être comme Jésus.

Et Jésus n’était pas un preneur de risques. Dès l’âge de 12 ans, il commence à faire ses distances en précisant qui est “son père”. Et pendant sa vie publique, il opte toujours pour le Père et les favoris du Père qui sont les “parias”. Et non pas parce qu’ils sont “bons” mais parce qu’ils sont “parias” et rejetés par ceux qui pensent qu’ils sont bons et prétendent défendre la loi de Dieu.

Jésus se laisse accompagner par des publicains, des pécheurs publics, des prostituées et des personnes de mauvaise réputation. Ceux qu’il choisit comme apôtres ne sont pas la crème de la crème dans cette société. Ce sont des hommes et des femmes normaux qui ont un cœur ouvert pour recevoir la nouveauté du Royaume de Dieu. Un royaume où “le Seigneur” devient un serviteur et est le serviteur de tous ; où les pauvres, les doux, les cœurs purs et les bâtisseurs de paix sont proclamés bienheureux ; où personne n’est plus grand que les autres et où les dons de chacun sont mis au profit de tous. Personne n’est laissé de côté. Les lépreux ont leur dignité et peuvent être touchés et caressés. Les malades doivent être soignés et guéris dans le style du bon samaritain. Les possédés du démon sont libérés de leur servitude et même les morts sont ressuscités.  Jésus vit pleinement ces valeurs, et c’est ce dont il s’agit dans sa vie et cela lui coûte la vie. Son message “change”, “retourne” ce monde qui a été construit par la ténacité et le progrès de beaucoup, mais qui a été construit avant tout sur la souffrance et l’abus des uns sur les autres.

Ce sont ces talents dont nous serons tenus responsables.

Dans cette parabole, Saint Matthieu nous invite à la tâche d’évangélisation et de témoignage dans nos vies de croyants. Celui qui a de l’amour et de la vie pourra plus que jamais donner de l’amour et de la vie, et ce “don” se traduit par une croissance personnelle. Celui qui donne sa vie la gagne. Celui qui n’a pas d’amour et qui est avare, paresseux ou négligent, perdra ce qu’il a apparemment. Si la vie n’est pas donnée en amour, la vie est irrémédiablement perdue. Celui qui travaille ainsi s’exclut de la communion et sera entouré par les ténèbres et les ombres de la mort.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information