02 juillet 2016
02 juil. 2016

Brexit, Nexit, Frexit, Lexit…

par  Jean-Jacques Flammang, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Un référendum à majorité absolue, est-ce vraiment la bonne méthode pour prendre des décisions politiques importantes?

Pour prendre des décisions, il faut respecter leur importance. Ainsi ce n’est pas la même chose de décider la construction d’un tram pour une capitale ou la sortie d’un Etat de l’Union européenne.

La première décision peut bien se prendre à majorité absolue des citoyens ou de leurs représentants. Mais pour la seconde, il faudrait trouver un autre moyen pour que la démocratie et la liberté des citoyens soient vraiment respectées.

A y regarder de plus près, un référendum à majorité absolue en ce qui concerne des questions politiques importantes, surtout des questions de séparation, nuit finalement à la véritable démocratie et au développement équilibré d’un Etat. Pour prendre l’exemple de la Grande-Bretagne: si on tient compte des abstentions lors du référendum, ce ne sont plus que 38 pourcent des concernés qui ont décidé le Brexit. Il ne faudrait pas s’étonner si en octobre le nouveau gouvernement était forcé de refaire un référendum qui pourrait alors rassembler 50,1 pourcent en faveur d’un nouveau « Brinit », jusqu’au référendum suivant qui refavoriserait peut-être à nouveau un Brexit.

Des décisions politiques aussi lourdes de conséquences pour tous les concernés, comme celle de quitter l’Union européenne ou de séparer ce qui a été pendant des décennies uni, ne devraient être prises que si au moins 2/3 des citoyens donnent leur accord, et non pas 50,1 pourcent.

Il faudrait y penser, si on veut sauver et l’Union européenne et la véritablement démocratie dans ses Etats.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information