29 juin 2021
29 juin 2021

Nous et les migrants

Nous et les migrants
Les Dehoniens du Sud sont ouverts à l'accueil des migrants depuis plusieurs années. Histoires d'accueil avant et pendant la pandémie
par  Rocco Conte
Presenza cristiana
email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Tunde le boulanger

Tunde est un boulanger à Turin. Il se trouve depuis plus de trois ans dans notre centre d’accueil pour les citoyens étrangers demandant une protection internationale. Il aurait aimé être footballeur professionnel – et il était doué pour cela – mais la responsabilité d’être un père de famille l’a poussé à apprendre immédiatement un métier, afin de trouver un emploi le plus rapidement possible. Dans notre centre, il cuisinait pour tout le monde ; il était attentif et respectueux des règles d’hygiène qu’il avait apprises lors d’un cours auquel nous l’avions inscrit. Nous l’avons proposé comme aide-cuisinier dans un restaurant de Sorrento mais il s’est vite fait remarquer par sa grande volonté d’apprendre et est passé à la boulangerie de la même entreprise. Oui, car pour être boulanger, il faut travailler la nuit et tout le monde n’est pas prêt à faire un tel sacrifice. Aujourd’hui, à Turin, il est le responsable du laboratoire d’une boulangerie. Antonio, son fils, est né en octobre 2014, quelques jours après le début de notre activité d’accueil. Il porte le nom d’un des travailleurs du centre auquel les invités étaient particulièrement attachés. Il a été baptisé dans la chapelle du Centre d’Apostolat “Père Dehon”, dans la Via Marechiaro à Naples ; le même centre que la Congrégation Dehonienne a mis à disposition pour l’accueil des migrants, géré par le Groupe Laïc du Tiers Monde.

Ouverture des Convents

À l’époque, le pape François avait recommandé à tous les religieux d’ouvrir leurs maisons pour aider à “accueillir” ces multitudes qui peuplaient “l’exode africain”. Ils ont débarqué par centaines de milliers et il n’y avait jamais assez de place pour les loger. Entre 2015 et 2018, il y a eu entre 170 000 et près de 200 000 arrivées chaque année.

C’était une bonne expérience. Cela nous a donné l’occasion de pratiquer la charité, mais cela nous a aussi enrichis et rendus meilleurs. Elle nous a donné l’occasion de rencontrer tant de personnes qui, contrairement à l’image stéréotypée des étrangers, nous ont fait partager l’extrême pauvreté qu’elles fuyaient, les atrocités qu’elles ont subies sur leur chemin vers l’Italie, les nombreuses injustices qui se sont produites sous nos yeux à cause de préjugés mesquins et injustifiés.

L’histoire de Tereza et Ibrahim

Tereza est partie en Allemagne et fait des livraisons à domicile pour une multinationale : elle est “cavalière”. Elle gagne peu et travaille beaucoup, mais elle est heureuse car elle peut mener une vie honnête et digne, loin des difficultés à cause desquelles elle a perdu son enfant en Afrique. En partant, elle a laissé un mot de salutation et de remerciement aux opérateurs du centre d’accueil. Il est toujours collé sur le tableau d’affichage. Personne n’a le courage de l’enlever. Il arracherait une larme même au plus grincheux des hommes.

Ibrahim vient de Sierra Leone et était chargé de nettoyer les parties communes du centre d’accueil. Un mouchoir laissé sur le sol suffisait à le mettre en rage, il prenait son balai et sa pelle et faisait la morale à la première personne qui passait à sa portée. Il a des cataractes aux deux yeux, qui dégénèrent rapidement au cours de l’année 2020, malgré son jeune âge. Il est hébergé dans un autre refuge mais continue de venir chez nous pour des soins médicaux. Et nous, fidèles à notre mission, nous l’aiderons jusqu’à ce que le problème soit résolu par la chirurgie.

Notre travail se poursuit

À partir de 2019, pour diverses raisons liées aux accords internationaux et à la fermeture des frontières, les débarquements sur les côtes italiennes ont considérablement diminué et il n’est donc plus nécessaire de disposer de nombreux centres d’accueil. Les arrivées sont bien inférieures à 10 000 par an et les installations gouvernementales peuvent facilement les absorber dans des conditions décentes.

C’est pourquoi, à la fin de l’année 2020, après six ans de service d’accueil, nous avons décidé de mettre un terme à cet engagement, perçu comme une obligation humanitaire et une responsabilité morale envers tant de jeunes et d’enfants qui nous ont été confiés et que nous avons initiés à un avenir digne.

Mais notre travail continue. Nos missionnaires, avec les nombreux volontaires, restent engagés parmi les “derniers” de ces pays pauvres encore victimes de déséquilibres existentiels, dus à la mauvaise répartition des richesses et à la difficulté d’accès aux services primaires, comme l’alimentation et la santé. Des inégalités pour lesquelles le pape François continue de faire appel aux “grands” de la terre, aux organisations internationales et aux personnes de bonne volonté.

L’inégalité comme maladie sociale

Le Saint-Père, lors d’une audience générale en août 2020, a été très sévère : “…les symptômes de la disugua- lité révèlent une maladie sociale ; c’est un virus qui provient d’une économie malade. Elle est le fruit d’une croissance économique inégale, qui fait fi des valeurs humaines fondamentales. Dans le monde d’aujourd’hui, les quelques personnes très riches possèdent plus que le reste de l’humanité. C’est une injustice qui crie vers le ciel !”

La sainte messe du septième anniversaire de sa visite à Lampedusa en 2013, le Saint-Père l’a dédiée aux migrants et a cité un verset de l’Évangile pour résumer ses sollicitations : ” Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. ”

Europe is distant – An African child looks at the sea that separates it from Europe

Selon des sources du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), près de 50 000 migrants sont toujours bloqués à Li¬bia. Quatre-vingt pour cent d’entre eux sont des personnes qui ont fui les horreurs des guerres au Soudan, en Syrie et en Érythrée. Amnesty International fait état de graves violations des droits de l’homme et d’abus de toutes sortes qui ne sont pas difficiles à imaginer. Tout cela a été confirmé par les hôtes du centre d’accueil des Pères dehoniens de Via Marechiaro à Naples, avec des histoires choquantes qui les ont vus témoins et victimes avec des blessures au corps et à l’âme ; mais heureusement ils ont réussi (enlevé) à surmonter ce grand cimetière qu’est devenue la Méditerranée.

Si nous y réfléchissons, la Libye peut sembler lointaine, hors de notre portée, hors de l’engagement de chacun de nous pour ces “petits frères”. Il serait trop simpliste de se décharger de toute responsabilité à cet égard. Ces petits frères et sœurs sont aussi parmi nous, dans nos villes, dans nos quartiers, sur le chemin de notre existence. Nous pouvons détourner le regard, faire semblant de ne pas savoir, ou justifier notre manque d’intérêt par nos problèmes, mais ils sont aussi parmi nous.

Groupe de laïcs du tiers monde

Depuis des années, l’association Gruppo Laici Terzo s’engage en faveur de l’intégration des migrants en Campanie. Dans les écoles de Naples, il aide les enfants par un soutien didactique, notamment pour surmonter les difficultés linguistiques qui les exposent à l’échec scolaire.

Habituellement, les enfants, même les nouveaux arrivants, apprennent rapidement la langue en socialisant avec leurs camarades, mais l’année dernière, cela a été plus difficile. Leurs pairs, dans le meilleur des cas, ne les ont rencontrés que par le biais de l’enseignement à distance : un écran qui ne réduit que partiellement la distance sociale.

La pandémie a privé de toutes les occasions de nouer des amitiés et de créer des espaces de jeu dans le groupe d’amis. De nombreux enfants, notamment parmi les immigrés, se sont retrouvés isolés et donc exclus de la possibilité de participer aux activités scolaires en raison du manque d’appareils électroniques. Il s’agit là aussi d’une pauvreté qui entraîne des inégalités et des exclusions. L’association s’est donc mobilisée pour fournir des tablettes aux enfants qui en ont le plus besoin, ceux qui ont disparu de l’école parce qu’ils n’ont pas pu se connecter pendant la pandémie. Ils sont également les plus jeunes de la fratrie.

Presenza Cristiana est un magazine d’information et de culture religieuse. Il s’adresse à l’intelligence et au cœur, sans distinction. Elle se caractérise par un profond respect de chacun, la réponse à ses besoins et la stimulation de sa curiosité.

Elle appartient à la province d’Italie du Sud.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

Je consens au traitement de mes données personnelles