31 mai 2021
31 mai 2021

Une vie d’évangélisation par la musique

"Ma plus grande joie se trouve dans la joie des gens"
(Padre Zezinho)

par  Mary Gorski

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Le 8 juin, le père José Fernandes de Oliveira, SCJ, aura 80 ans. Durant toutes ces années, il a été connu sous le nom de “Padre Zezinho”, un auteur-compositeur et interprète chrétien qui a écrit plus de 1 800 chansons et 80 livres, et a enregistré 120 albums. Ses concerts ont rempli des stades et son émission de radio au Brésil continue d’attirer des millions d’auditeurs.

Le plus jeune des six enfants de la ville brésilienne de Machado (au sud de Minas Gerais), dit avoir hérité son amour de la musique de son père, qui jouait également de la guitare. Le père Zezinho a prononcé ses premiers vœux chez les prêtres du Sacré-Cœur en 1961 et a fait ses études de séminaire aux États-Unis, au Sacred Heart Seminary et School of Theology. Il a ensuite reçu un doctorat honorifique en théologie et en catéchèse de l’Université catholique du Paraná (Curitiba, Brésil) et un doctorat honorifique en communication et en théologie de l’Université salésienne d’Araçatuba à São Paulo.

Avant son 80e anniversaire, le père Zezinho a accordé un entretien à dehoniani.org pour réfléchir sur sa vie de dehonien, de musicien, d’auteur-compositeur et d’interprète. Les questions et réponses :

La musique et la narration ont défini votre ministère depuis que vous êtes dehonien. Qu’est-ce qui est venu en premier, la vocation à la musique, ou la vocation à la prêtrise en tant que SCJ ?

Les gens me donnent des titres, ou des descriptions, comme “conteur”, “interprète”, “compositeur” et “écrivain”. Je suis ces choses, mais cela n’a jamais été mon intention. Enfant, je rêvais de devenir un prêtre dehonien dans une paroisse. C’était ma vocation. Mais je ne suis jamais devenu un curé de paroisse. Mes supérieurs m’ont encouragé à évangéliser par la musique, en écrivant des chansons et en me produisant sur scène, surtout pour les jeunes. Je pense à Saint Efrem et à l’évangélisation qu’il faisait à travers ses paroles et sa musique.

Comment l’écriture de chansons a-t-elle commencé ? Était-ce un passe-temps, ou l’avez-vous toujours considéré comme un ministère ?

Cela a commencé comme un passe-temps. Mais ensuite les jeunes, les paroissiens et les collègues prêtres ont aimé mes chansons. Un groupe de sœurs paulistes, qui avait un studio d’enregistrement à São Paulo, m’a invité à enregistrer quatre chansons pour notre paroisse. J’y suis allé, sans me rendre compte que cela allait devenir quelque chose de beaucoup plus important. En trois mois, elles avaient vendu 3 000 disques. C’est devenu un véritable “hit”. Après cela, mes chansons ont été jouées à la radio et à la télévision, ainsi que dans des spectacles sur scène, dans la rue et dans les églises.

L’écriture de chansons est devenue une profession, un ministère. En 1972, j’ai écrit une chanson qui se traduit par : “J’avais prévu une vie pour moi, mais Dieu avait ses plans. Et me voici en train de faire ce que Dieu a décidé pour moi et non ce dont j’avais rêvé. Mais je suis plus heureux que je n’aurais jamais pu l’imaginer”.

C’est ce que je ressens à propos de l’écriture des chansons et des spectacles. Ce n’est pas ce que j’avais prévu, pas ce dont j’avais rêvé, mais c’est le chemin que Dieu a tracé pour moi. et je suis heureux grâce à cela.

Décrivez votre processus d’écriture de chansons, qu’est-ce qui vous inspire pour écrire une chanson ou un livre ?

Je lis, je réfléchis, puis j’essaie de transmettre l’enseignement de notre Eglise en musique et en paroles. Parfois, je commence par les mots, parfois par la mélodie ; parfois, toute la chanson semble venir d’un seul coup. Dieu inspire, l’œuvre vient du ciel. Je crois que la musique peut être prophétique et que les auteurs de chansons sont utilisés par Dieu tout comme les autres prophètes, tout comme dans les psaumes. Nous, les écrivains, sommes utilisés par Dieu pour son projet. Les prêtres, les religieuses et les laïcs qui écrivent et se produisent ne sont pas spéciaux à cause de notre musique ; les chansons sont toujours un ministère secondaire. Les chansons sont des cadeaux pour lesquels nous devons être reconnaissants et humbles en les recevant. Il est important de se rappeler qu’être connu ou célèbre n’est pas la même chose qu’être sage.

Avez-vous une chanson ou un livre préféré que vous avez écrit ? Si oui, qu’est-ce qui le rend spécial ?

Sur les 1 800 chansons que j’ai publiées, plus de 500 sont devenues des “hits”. Les Sœurs Paulistes sont en train de les compiler dans un livre. Cette réponse à la musique est quelque chose de spécial pour moi.

Quand avez-vous commencé à jouer votre musique, comment cela s’est-il passé ?

Cela a commencé dans la paroisse avec des gens qui se joignaient à moi, tapant dans leurs mains. J’essayais de faire connaître le travail et les enseignements de Vatican II à St Jude en 1967 environ. Certains s’opposaient aux nouveaux styles, “Qui est ce jeune prêtre qui subvertit notre jeunesse ?” disaient-ils. Bien sûr, il y en a encore qui s’opposent à ce que je prêche à travers ma musique. Le changement peut être difficile. Mais d’autres ont souffert bien plus que moi.

Qu’est-ce qui vous a donné le plus de joie dans votre ministère d’interprète ? Qu’est-ce qui vous a surpris ?

Ma plus grande joie se trouve dans la joie des gens. Chaque jour, je réfléchis aux premiers mots de Gaudium et Spes du Pape Paul VI qui nous rappelle que les joies et les espoirs du peuple, ainsi que ses chagrins et ses angoisses, sont aussi ceux de l’Eglise. La joie du peuple est la joie de l’Eglise, donc c’est aussi ma joie.

Comment votre ministère, votre écriture de chansons et vos performances – a-t-il changé au fil des ans ? L’accent est-il différent aujourd’hui de ce qu’il était quand vous avez commencé ?

Je suis toujours en train de changer avec notre Eglise et avec notre Congrégation. Les rivières et les ruisseaux changent constamment, mais ils font rarement marche arrière. C’est la même chose pour moi, ou du moins c’est ainsi que j’essaie de vivre.

Comment est votre ministère maintenant que vous approchez des 80 ans ? Continuez-vous à vous produire, à faire votre émission de radio, à écrire de la musique ou des livres ?

Je continue avec mon émission de radio ; elle a environ 2 millions d’auditeurs. Après 40 ans, j’ai quitté la télévision pour des raisons de santé. J’écris toujours des livres, des articles et des chansons. Mais j’ai quitté la scène et je ne voyage plus. Nous avons un studio dans notre maison où nos étudiants en théologie s’entraînent et enregistrent. Moi aussi ! J’ai enseigné la catéchèse, la parole et la communication pendant 32 ans, alors le studio porte mon surnom sur la façade. Nous y produisons nos vidéos. Je travaille actuellement sur un livre intitulé Por Uma Comunicação Reparadora (Communication réparatrice).

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait suivre vos traces en tant que prêtre religieux et interprète musical ?

A toute personne qui voudrait suivre mes traces, je dis : “Je n’ai jamais voulu cela”. C’est le Seigneur, Jésus, qui l’a voulu, les Dehoniens, les Sœurs Paulistes, et les nombreux évêques qui ont demandé les talents qui m’ont été donnés comme un don de Dieu. J’ai obéi, c’est ainsi que cela a toujours fonctionné pour moi, en disant “oui”. Au Sacré-Cœur, je continue comme un compagnon dehonien, comme un compagnon prêtre au service des autres.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

Je consens au traitement de mes données personnelles