10 février 2021
10 févr. 2021

Erik Varden, le jeune et heureux évêque norvégien

Le jeune évêque Erik Varden rend visite à la maison générale pour le renfort des liens avec la Congrégation.

par  Damião Pereira da Silva, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

“Seuls ceux qui dialoguent peuvent construire des ponts et des liens”. Avec cette belle phrase du pape François, nous commençons notre conversation sur Erik Varden, le jeune abbé cistercien qui vivait dans le monastère de Mount Saint Bernnard en Angleterre. Erik Varden déborde de bonheur et de paix dans la vie monastique, jusqu’à ce qu’arrive une surprise reconnaissante, sa nomination comme évêque, qui lui apporte réflexion, interrogation et dévouement à la volonté de Dieu et à l’obéissance à l’Église.

Son parcours de formation initiale s’est déroulé à Degernes, dans l’intérieur de la Norvège, en passant par le collège international de Pays de Galles. Après ce voyage, il a poursuivi ses études à l’université de Cambridge et à Paris. Il a étudié à l’Institut Pontifical Oriental de Rome, et a vécu à l’Institut Pontifical de St Anselme où il a également enseigné.

Le pont existe partout dans le monde, pour unir, pour favoriser les passages et pour raccourcir les distances. Le prêtre utilise des ponts, l’évêque utilise des ponts et peut être un “pont” dans différentes situations de la vie quotidienne, du sacerdoce, de la société et pour le monde. C’est avec cette belle image de pont que nous avons vu la présence de l’évêque de Trondheim en Norvège. Une recherche pour construire des ponts de collaboration dans son ministère épiscopal.

Erik Varden, une présence jeune et joyeuse qui enthousiasme et provoque ceux qui l’écoutent à vivre, une union avec Dieu dans la solitude. La présence du jeune évêque a enrichi toute la communauté du Généralat à Rome. Avec ce désir d’être un pont et de créer des liens, Mgr Erik Varden a exprimé au supérieur général, le père Carlos Luis, et à son conseil, le désir de collaboration des religieux de son diocèse.

Il a décrit les joies et les défis d’un diocèse qui, après onze ans, a de nouveau un évêque. Un diocèse marqué par la présence de frères protestants, et qui ne compte que 20 000 catholiques. Son visage de jeune évêque, son cœur brûlant pour annoncer l’Evangile, et dans la perspective de la culture de la rencontre avec la société, avec des hommes et des femmes religieux, laïcs et évêques. Il est venu renforcer ce canal de communication avec les Prêtres du Sacré-Cœur de Jésus et avec l’Église de Rome. Erik Varden, qui a un grand champ de mission et de travail pastoral à l’université et dans tout le diocèse. En résumé, l’évêque norvégien exprime une union intime, entre parole et geste, discours et témoignage, avec une communication claire et objective dans sa vie épiscopale à Norvège.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information