30 septembre 2020
30 sept. 2020

Quelles initiatives sociales avons-nous eu en tant que Dehoniens en cette période de pandémie ?

"Le travail des religieux dehoniens dans cette pandémie s'est concentré sur la réponse aux besoins des personnes qui nous entourent, en particulier celles qui sont les plus défavorisées et touchées par la maladie. "

par  Félix Blanco, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Les différentes entités des dehoniens en Amérique latine ont voulu répondre aux différents besoins qui sont apparus en ces temps difficiles et bien sûr continuer à répondre à ceux qui existaient déjà.

Celui qui dit que Dieu est mort
pour venir voir
que le monde soit ou non un devoir
d’un Dieu qui est toujours éveillé.
Le désert n’est plus sa place
Il ne se cache pas non plus dans la montagne ;
disons, s’ils demandent où,
que Dieu est, sans linceul,
où un homme travaille
et un cœur y répond.

Nous faisons l’introduction avec cet hymne de la liturgie des heures parce que dans nos mains et dans notre cœur se trouve aussi le Cœur de Dieu, le Cœur de Jésus qui va à la recherche des plus nécessiteux.

Équateur:  

Dans le district de l’Équateur, notre travail social a principalement consisté à fournir de la nourriture, des médicaments, des masques, du matériel sanitaire et d’hygiène, ainsi que des tests et des examens de toutes sortes.

 À Quito, une collaboration a eu lieu avec la caritas diocésaine et le ministère de l’inclusion économique et sociale (MIES) ainsi qu’avec d’autres institutions privées. Une ration de denrées alimentaires a également été donnée aux familles les plus défavorisées de la paroisse de Santa María de la Arelia. A l’heure actuelle, 70 rations hebdomadaires sont fournies.

Une autre action significative à ce niveau, qui est née d’une initiative de quelques laïcs engagés dans la paroisse, est le projet d’accompagnement en ligne “With You”, destiné aux personnes qui sont au bord de la dépression à cause de la pandémie.

À Bahía de Caráquez, nous avons collaboré avec la municipalité, avec l’usine d’emballage de Búfer (qui a été un grand pilier dans les travaux de reconstruction lors du tremblement de terre d’avril 2016) ainsi qu’avec des dons privés de paroissiens et d’amis du reste du pays et de l’étranger.

Les installations de la Domus Cordis ont également été données pour accueillir le personnel de sécurité et l’église paroissiale du Sacré-Cœur a été un centre de collecte de nourriture pour l’ensemble de Bahia.

Le travail des soupes populaires “Padre Dehon” à Finca et de la paroisse de “la Merced” à Bellavista mérite une mention spéciale. Chaque jour, plus de 350 déjeuners sont distribués aux enfants et aux familles qui ont participé aux projets, ainsi qu’aux nouveaux utilisateurs. Chaque jour, un membre de la famille emporte la ration de nourriture déjà préparée.

La Congrégation a collaboré avec la municipalité à la création d’un centre d’isolement pour les patients atteints de Covid-19, en fournissant deux machines à oxygène, du matériel sanitaire, des récipients alimentaires et des couvre-matelas imperméables.

En bref, le travail des religieux dehoniens dans cette pandémie s’est concentré sur la réponse aux besoins des personnes qui nous entourent, en particulier les plus défavorisées et celles touchées par la maladie. Ils nous ont accompagnés pastoralement et socialement, avec humilité et simplicité, en essayant d’être des prophètes d’amour face aux nouveaux rejets et des serviteurs de la réconciliation dans une société fragmentée par la pauvreté, la corruption politique et l’effondrement des institutions de santé.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information