03 December 2020
03 Dec 2020

Assemblée virtuelle

Environ quarante personnes ont participé à l'assemblée virtuelle. Cette assemblée constituée uniquement des SCJ portait sur l'impact de la pandémie sur eux-mêmes, leurs communautés et leurs ministères.

par  Mary Gorsky

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Adaptez-vous, adaptez-vous, adaptez-vous ! C’est le mantra de 2020, alors que les populations du monde entier s’adaptent à la pandémie. Les liturgies et les cérémonies sont retransmises en direct, les cours sont en ligne et même les réunions de famille ont été déplacées sur Zoom. Le 17 novembre, la province américaine a tenu sa première assemblée virtuelle avec des SCJ en ministère actif. Le père Stephen Huffstetter, vicaire général, s’est joint à eux.

“C’est un tel plaisir pour moi”, a-t-il dit au groupe. “C’est si bon de voir vos visages, d’entendre vos voix.” Originaire des États-Unis, le père Steve avait espéré revenir pour la visite générale prévue pour l’été. Mais, comme beaucoup de choses, elle a été reportée en raison de la COVID-19.

Une quarantaine de personnes ont participé à l’assemblée virtuelle. Les SCJ ont parlé de l’impact de la pandémie sur eux-mêmes, sur leurs communautés et leurs ministères. Bien qu’aucun JSC de la province américaine n’ait encore été testé positif pour COVID-19, certains ont dû être mis en quarantaine suite à des expositions directes. Nombreux d’entre eux sont confrontés à des problèmes de personnel dans les ministères, et doivent s’adapter lorsqu’un employé ou un étudiant est testé positif.

“C’est un défi, tout ce que nous faisons est coloré par COVID”, a déclaré le frère Duane Lemke.

Le père Vien Nguyen, vice-recteur du Séminaire du Sacré-Cœur et de l’École de Théologie, a parlé des salles exceptionnellement calmes du séminaire. Les classes ont été déplacées en ligne et la plupart des employés travaillent à domicile. Pourtant, il y a toujours des séminaristes dans le campus, occupés dans leurs chambres, poursuivant leurs études devant un écran d’ordinateur. La prière est l’un des rares moments où ils se réunissent. Il est reconnaissant à la communauté du monastère du Sacré-Cœur pour son hospitalité envers les séminaristes résidents qui ne font pas partie du programme de formation des SCJ.

De nombreux SCJ ont parlé de la fatigue du COVID. Le frère Long Nguyen a déclaré qu’il considère sa vie spirituelle, fondée sur le charisme dehonien, comme un outil inestimable.

Les pasteurs ont parlé des garde-manger qui ont été plus sollicités pendant la pandémie. D’autres ont demandé des prières pour les membres des familles qui luttent contre le COVID-19.

Le père Quang Nguyen, directeur des vocations, a parlé du défi que représente l’exercice d’un ministère souvent centré sur les visites personnelles. Le discernement des vocations se fait maintenant par le biais de visites Zoom et d’appels téléphoniques. Même le processus d’admission est devenu virtuel. Ce week-end – pour la première fois – un candidat à la candidature fera tous ses entretiens via Zoom.

Dans le nord du Mississippi, les paroisses ne se contentent pas de diffuser des liturgies en espagnol et en anglais, elles lancent également une chaîne YouTube pour partager des entretiens de l’Avent et d’autres documents. “Les médias sociaux ont été un outil très utile dans le ministère”, a déclaré le père David Szatkowski.

Le père Praveen Kumar Richard a parlé des nombreuses adaptations faites pour assurer la sécurité des enfants et du personnel de l’école indienne St. Tous ont reçu des Chomebooks pour faciliter l’apprentissage à domicile en fonction des besoins. Un seul groupe à la fois est présent pour la messe dans la chapelle tandis que les autres regardent en ligne. La communion est ensuite distribuée dans les foyers. En décembre, les élèves rentrent chez eux pour une longue pause, puis sont mis en quarantaine à leur retour.

Avant de conclure leur assemblée, les SCJ ont étendu leur discussion au-delà des frontières de la province américaine, en notant l’impact de la pandémie sur les SCJ du monde entier. Certaines provinces ont vu des membres hospitalisés par COVID-19 ; certains sont morts. De nombreux SCJ ont des membres de leur famille qui ont été malades, d’autres ont perdu leur travail à cause de la pandémie.

“Nous devons continuer à nous soutenir mutuellement, à nous maintenir dans la prière”, a déclaré le père Ed.

C’était une assemblée qui n’avait pas d’ordre du jour important, pas de comité de planification. Elle a duré moins de deux heures. “Mais c’était si important pour nous de nous voir, de nous connecter les uns avec les autres, cela a été si long”, a déclaré un SCJ.

“Être présent” a fini par être le thème de l’assemblée du 17 novembre ; être présent quand on ne peut pas être ensemble.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information