19 novembre 2020
19 nov. 2020

Du dernier coin du monde

© photo credit: Esteban Felix/AP

Aperçu social et politique de la situation actuelle au Chili. Les conséquences de la pandémie. Les défis pour la communauté chrétienne.

par  Julián Braun, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Normalement, le Chili n’est pas tellement présent dans l’actualité internationale et mondiale. Elle donnait l’impression d’être un pays plus ou moins tranquille, assez sûr, par rapport à d’autres parties de la région latino-américaine, avec un certain bien-être, du moins apparent, qui attirait un flux considérable d’immigrants à la recherche de meilleures perspectives économiques. Corroborant cette perception, le président Sebastián Piñera a déclaré l’année dernière avec une certaine fierté que le Chili était comme une oasis dans l’ensemble du contexte latino-américain.

Les manifestations populaires de 2019

Quelques jours après cette déclaration audacieuse et présomptueuse, les événements ont pris sur eux de réfuter grossièrement cette perception d’une oasis de paix et de tranquillité. Le vendredi 18 octobre 2019 (le 18), un fort mouvement de protestations et de révoltes a éclaté non seulement à Santiago, mais aussi dans plusieurs villes importantes du pays. Ce qui a déclenché ces mouvements, c’est l’augmentation de 30 pence du prix du métro de Santiago. Tout le monde a tout de suite compris qu’il ne s’agissait pas de 30 pesos ; “pas 30 pesos, 30 ans”. Le peuple a montré et remarqué son mécontentement et sa colère accumulés pendant trente ans, des années marquées par les abus, le manque de participation, le désintérêt de la classe politique pour le peuple. Le peuple a exigé la fin des pensions misérables et indignes, des soins de santé classistes, de l’abus des banques et de leurs crédits usuraires, et de l’éducation classiste et élitiste. Les jours passèrent avec beaucoup de violence, les stations de métro furent incendiées, les supermarchés pillés, et même dans plusieurs endroits, des temples furent dévalisés, surtout des temples catholiques. Par exemple, dans la ville de Valdivia (800 km au sud de Santiago), on a tenté de piller l’église de San Francisco et une partie du mobilier de cette église a été brûlée. Nos confrères qui vivaient dans la même région n’ont pas été blessés, mais ils ont passé plusieurs jours et nuits dans la peur et l’insécurité. L’état d’urgence a été décrété dans le pays et un couvre-feu est en vigueur la nuit.

Violence contre les manifestants

Pendant plusieurs semaines, des manifestations et des manifestations ont suivi à Santiago et dans plusieurs villes. Le vendredi 25 octobre a eu lieu la plus grande marche/protestation jamais vue à Santiago et au Chili : 1 200 000 (un million deux cent mille) personnes se sont rassemblées pour exprimer leur mécontentement, leur frustration, leurs demandes et leur désir de changement. C’était une marche pacifique, malgré quelques incidents violents. Au cours des semaines suivantes, les protestations et les manifestations se sont poursuivies, dans un climat tendu et explosif : ce qui a enflammé les manifestants, et l’opinion publique, c’est l’action des carabiniers (la police) qui ont commis de fréquents abus de pouvoir et utilisé une violence disproportionnée contre les manifestants : un nombre considérable de personnes ont été blessées aux yeux ou à d’autres endroits par l’utilisation de balles et de plombs. La répression a été sévère, et il y a même eu des cas de torture par les forces de sécurité.

Vers une nouvelle constitution

Le 12 novembre, un accord a été signé entre les hommes politiques des différents partis pour organiser un plébiscite sur la question de l’élaboration ou non d’une nouvelle constitution. La date de ce plébiscite a été fixée au dimanche 26 avril 2020. Cet accord a quelque peu réduit la violence des manifestations, mais il n’y a pas mis fin : la population n’a pas accordé beaucoup de crédit à cet accord signé par les politiciens. Il y avait un climat de profonde méfiance à l’égard des autorités et des forces de l’ordre. Les protestations et les manifestations se sont poursuivies presque sans interruption, en particulier sur la Plaza Italia (également appelée Plaza Baquedano), où il y a eu des combats constants entre les manifestants et la police.

Covid-19 et ses conséquences

Ce n’est pas l’accord des politiciens, ni l’action drastique des forces de l’ordre qui ont stoppé les manifestations, mais ce petit virus appelé covid-19 qui a entraîné une suite de contagion et a pratiquement paralysé le pays. La quarantaine et le couvre-feu sont décrétés dans les villes et les régions, en fonction de la virulence de la contagion. Le commerce est pratiquement paralysé, les agglomérations et les réunions sont interdites, les contacts entre les personnes sont réduits au minimum et, à la fin du mois de mars, toutes les réunions et les célébrations liturgiques sont suspendues. Aussi : l’Eglise a dû organiser sa mission à travers les réseaux sociaux ; les messes ont été diffusées sur Facebook, les sacrements de baptême, de confirmation, les mariages… ont été reportés “à plus tard”… Toutes les réunions et rassemblements sont en ligne, par zoom ou par rencontre. Les gens dans les paroisses et les écoles apprécient cet effort et le valorisent, mais ils ressentent clairement le désir et la “nostalgie” de se voir face à face, de se saluer, de voir les expressions de leurs visages et de leurs yeux, de voir un sourire, et non un visage couvert par un masque. Pendant les six mois qu’ont duré ces restrictions, nous avons continué à entrer en contact avec les gens par l’intermédiaire des réseaux sociaux afin de garder le contact et de continuer à transmettre le message de l’Évangile et de la proximité de Dieu dans ces circonstances.

Avec cette réalité de restrictions qui réduisaient la vie sociale et publique presque à son expression minimale, il était prévisible que les problèmes sociaux allaient s’aggraver ; les licenciements et le chômage, le manque de ressources qui frappait durement les foyers où le salaire mensuel n’arrivait plus… la pauvreté augmentait beaucoup, tout comme l’insécurité pour l’avenir : combien de temps tout cela va-t-il durer ? Est-ce que je vais pouvoir me sauver de la contagion, ou est-ce que ce sera mon tour, ou celui de quelqu’un de mon entourage proche ?

Pauvreté et solidarité

Face à ces situations de détresse, de nombreuses personnes, en particulier dans les communautés paroissiales ou de quartier, ont réalisé que la seule façon de faire face à cette urgence était la solidarité, une action déterminée et efficace. Dans toutes les paroisses, des soupes populaires, des cantines de solidarité, des collectes de nourriture, etc. ont été organisées pour répondre aux besoins les plus urgents des familles non protégées. Cette générosité nous permet de venir en aide à un grand nombre de personnes et de familles qui se sont retrouvées sans ressources. Dans les communautés, l’émergence du virus est vécue comme un défi, un signe de Dieu qui nous appelle à plus de solidarité, de justice et de fraternité, à prendre soin les uns des autres et à nous soutenir mutuellement.

La reprise des combats et les abus de l’église

Le dimanche 18 octobre de cette année, en souvenir de ce qui s’est passé l’année dernière, il y a eu de fortes manifestations, avec de nombreux combats entre la police et les manifestants. Même à Santiago, des manifestants ont incendié deux églises catholiques. Ces images ont eu un impact et ont été connues dans le monde entier. Une attaque contre l’Église en tant que telle ? Je pense qu’il y a une autre explication possible : l’Église catholique au Chili a perdu beaucoup de sa crédibilité et de son prestige à cause des abus que plusieurs de ses membres, y compris la hiérarchie, ont commis contre des mineurs ou ont caché et fait taire ces abus. Je crois que les manifestants qui ont brûlé les églises ont estimé que cette église, ou cette partie de l’église, est tout aussi abusive que les politiciens, avec la circonstance aggravante que les dirigeants de l’église ont abusé de la confiance des gens et violé leur conscience.

Vers une nouvelle constitution et une nouvelle façon de vivre ensemble

Le dimanche 25 octobre, un plébiscite a été organisé sur la question de savoir s’il fallait ou non rédiger une nouvelle Constitution. Ce plébiscite avait été prévu pour le 26 avril, mais en raison des restrictions dues à la pandémie, il n’a pas pu être organisé à cette date. La participation a été massive, malgré le fait que le vote est volontaire au Chili, et la grande participation des jeunes a été frappante. L’alternative “J’approuve”, en faveur d’une nouvelle Constitution, a été remportée à une écrasante majorité ; 79% des électeurs se sont exprimés pour une nouvelle formulation de la Charte fondamentale. Seules trois communes de Santiago, les plus riches, ont marqué leur préférence pour la Constitution actuelle, qui remonte pratiquement à l’époque de Pinochet. Et la grande majorité a également exprimé sa décision de confier l’élaboration de cette nouvelle Charte fondamentale à une commission élue au suffrage universel, et non à une commission de parlementaires et d’hommes politiques : une commission élue pour représenter tout l’éventail de la réalité nationale. Cette commission, qui sera élue l’année prochaine, disposera d’un délai de deux ans pour présenter la nouvelle Constitution qui sera ensuite soumise à un référendum.

Dans nos communautés, nous continuons à travailler sereinement dans les paroisses et les écoles où nous accomplissons notre mission. Malgré les limites que nous impose la situation sanitaire, nous pouvons marcher avec nos communautés, en utilisant les moyens que la technologie met à notre disposition. Comme tout le monde, nous espérons que dans un avenir pas trop lointain, nous pourrons retourner aux célébrations et aux réunions en personne, pour voir et sentir que nous sommes une communauté de croyants, la famille de Dieu qui aime se rassembler autour du Seigneur pour être témoins de son amour dans ce monde qui a faim de la présence aimante du Père.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

Je consens au traitement de mes données personnelles