24 novembre 2020
24 nov. 2020

Des rencontres dehoniennes pour cultiver la spiritualité et la fraternité

Trois laïcs racontent leur expérience de contact avec les Dehoniens et leur spiritualité.

par  Alí Ernesto Villarroel Barreto, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

“Ces rencontres ont eu comme force le pouvoir de communiquer, de nous rassembler et de continuer à se retrouver pour cultiver la fraternité et la spiritualité dehonienne. “

Geraldine et Ramon du Chili écrivent : Pendant la pandémie, nous nous sommes demandés comment continuer à cultiver la rencontre avec les frères et la spiritualité dehonienne, et la réponse était évidente puisque nous avions à notre disposition les différentes plateformes (zoom, Google Meet, entre autres) pour nous rencontrer virtuellement et prier en tant que communauté dehonienne.

L’idée était aussi de chercher un espace de réunion avec les dehoniens qui sont à l’intérieur du Venezuela et ceux d’entre nous qui ont dû émigrer, parce qu’il y a des liens et des fraternités qui nous unissent encore, et nous avons aimé l’idée de voir des visages de personnes qui, de toutes les zones du Venezuela, avaient l’intention de prier dans les différentes propositions de rencontres virtuelles qui ont été faites.

Comme première initiative, nous avons invité quelques frères et prêtres dehoniens à prier les Litanies du Coeur de Jésus afin de célébrer sa fête. La deuxième fois que nous nous sommes réunis, c’était pour prier à l´occasion de la clôture du mois du Sacré-Cœur de Jésus. Cette rencontre a été significative car de nombreux frères ont été émus de retrouver des amis et des prêtres que nous connaissons depuis de nombreuses années.

La troisième initiative a été la réalisation d’une vidéo où les participants expriment ce que c’est que d’être un Dehonien”. Ceci en référence aux 67 ans de présence dehonienne au Venezuela.

Comme quatrième initiative, nous avons prié autour de Notre-Dame de Coromoto, patronne du Venezuela à l’époque, à l´intention du Venezuela et des Vénézuéliens.

La force de ces rencontres a été qu’elles nous ont permis de communiquer, de nous rassembler et de continuer à nous rencontrer afin de cultiver la fraternité et la spiritualité dehonienne.

“C’était tellement agréable de savoir que, comme moi, il y en a beaucoup qui ont besoin de parler de la vie et de l’amour de Dieu pour nous.”

Bonjour, je suis Maria Jose Gonzalez, affectueusement et parce que nous étions plusieurs à porter le même nom dans la paroisse, j’ai commencé à m’identifier parmi tous, comme “Majo”. J’ai grandi dans la paroisse de Saint Dominique de Guzmán, à San Carlos-Venezuela. À l’âge de 9 ans, j’ai fait ma première communion et ma confirmation et depuis lors, je fais partie de l’Association des Amis du Christ, fondée par le père Antonio Aguilera Álamo scj, il y a quarante ans.

J’ai été formé au sein de la CAA sous la devise “Vivre en amitié avec le Christ” comme l’un des engagements qu’un Ami du Christ doit avoir, et “le service évangélique (évangélisation) auprès des autres”. J’ai été dans la coordination dès l’âge de 13 ans, et depuis lors et pendant 15 ans, j’ai été dans ce service en devenant coordinateur général avec un groupe d’amis et de professeurs. Nous avons formé de nombreux enfants et jeunes au sein de la paroisse qui sont également venus à la coordination et beaucoup aujourd’hui sont reconnaissants et mettent en pratique tout ce que nous leur enseignons et surtout dans le sens le plus humain et le plus chrétien que nous puissions mentionner.

Je suis reconnaissant d’avoir participé à tant d’événements dans ma paroisse, d’avoir connu tant de personnes et d’avoir entretenu de grandes amitiés, entre autres un bon ami, qui aujourd’hui, comme beaucoup de Vénézuéliens, a émigré, m’invite à me retrouver en tant qu’Amis du Christ, et m´informe qu’il a également averti un autre petit groupe de ceux qui font partie de la coordination de la CAA. Ainsi est né le besoin de se sentir proche de Dieu et de nos frères et soeurs, de nous retrouver en cette période de pandémie, où il semble que nous soyons paralysés, pour sentir que Dieu est toujours là, que nos amis sont toujours là, que la formation du chrétien ne s’arrête jamais et que quand on y pense le moins, on se souvient de ses racines, on creuse et on découvre que tout le monde est toujours là, seulement que nous sommes distraits pendant un certain temps, mais que quand nous sortons pour nous rencontrer, nous avons notre plus grand trésor qui est Dieu et ces frères et sœurs que nous avons connus à travers Dieu et notre paroisse.

Gregsson Camacho nous parlera de l’expérience des rencontres qui ont suivi.

Bonjour, je m’appelle Gregsson Camacho, j’ai 24 ans. Dès l’âge de 13 ans, j’ai commencé à fréquenter la paroisse de Saint-Domingue pour faire ma première communion et ma confirmation, puis j’ai commencé dans un groupe appelé AMIGOS DE CRISTO, au fil des années j’ai été dans la coordination. Mon amour du service a toujours été grand et j’ai essayé dans une bonne mesure de me former en tant que bon être humain et bon chrétien. Au fil des années, en raison de la situation au Venezuela, j’ai émigré dans différents pays. Aujourd’hui, je suis en Argentine.

Je pense que ma vie a pris un tournant total avec un grand nombre d’occupations et de responsabilités, je me suis sentie loin de Dieu. Bien que je me souvienne de ces froides nuits d’hiver, de ma solitude matinale et de ma marche dans les rues pour rentrer chez moi après une longue journée de travail, ma seule pensée était : “La patience permet de tout réaliser, ceux qui ont Dieu ne manquent de rien”. C’est triste à dire, mais les crises, les malheurs et les injustices affaiblissaient peu à peu ma foi.

Un jour, un ami a réalisé une vidéo commémorant l’anniversaire du groupe des Amis du Christ, et le fait de la voir m’a ému. Et j’ai ressenti plus fortement ce besoin de Dieu, je me suis rendu compte que je ressentais un vide, une solitude.

Au début, j’ai eu peur que mon idée ne soit pas prise au sérieux et la première chose que j’ai faite a été d’écrire à un ami, où je lui ai expliqué que beaucoup d’entre nous sont loin de Dieu et que nous pourrions peut-être essayer de nous rapprocher de Lui, j’ai réuni un groupe et cherché un animateur. Je leur ai écrit à tous individuellement pour leur expliquer l’idée. La réponse a été immédiate, et c’était tellement agréable de savoir que, comme moi, il y a beaucoup de personnes qui ont besoin de parler de la vie et de l’amour de Dieu pour nous. Ces réunions sont nées de ce besoin. Aujourd’hui, nous avons déjà eu quatre réunions sous différentes plateformes numériques, qui ont toutes été étonnantes, chacune avec sa propre touche de spiritualité.  Il est IMPORTANT de souligner que de nombreuses personnes ont travaillé en coulisses, consacrant leur temps et leur volonté à faire en sorte que ces réunions se déroulent de la meilleure façon possible. Je peux dire que cette famille qui est née à San Carlos, au Venezuela, dans la paroisse de Santo Domingo, est aujourd’hui aussi Santo Domingo pour le monde. Merci aux religieux, aux prêtres et aux laïcs qui ont donné de leur temps pour rendre cela possible.

“L’Équateur a ouvert les portes de notre avenir et, par la grâce de Dieu, la présence dehonienne est plus vivante que jamais.

Victor Manuel Baute Montero est un Vénézuélien qui vit en Équateur : La situation humanitaire au Venezuela n’est plus un secret pour personne. Plus de 5 millions de Vénézuéliens ont dû quitter leurs frontières pour avoir de meilleures opportunités, mais surtout pour que ceux qui sont encore à l’intérieur puissent bien vivre.

Parmi eux, nous, un groupe de 12 laïcs de différentes paroisses de la présence dehonienne au Venezuela, qui avons voulu continuer à vivre notre spiritualité malgré le rythme de vie qu’implique le fait d’être immigrés, dans des lieux si loin de chez nous que nous pourrions oublier nos propres racines.

Mais il y a quelque chose en nous qui est encore vivant ; nous continuons à porter notre croix dehonienne, nos t-shirts avec des images du charisme, notre joie, mais surtout notre besoin de vouloir continuer à grandir en tant que chrétiens.

L’Equateur a ouvert les portes de notre avenir et, par la grâce de Dieu, la présence dehonienne est plus vivante que jamais. C’est pourquoi, sous la direction de nombreux responsables, du Supérieur général, le P. Carlos Luis Suárez, de nos pasteurs, de ce petit groupe de Vénézuéliens, nous avons pris l’initiative de poursuivre le parcours de formation des laïcs dehoniens.

Cette initiative est née du désir de se sentir à nouveau chez soi, de vivre le “Sint Unum” qui nous caractérise. Malgré les adversités du temps, des distances et de la pandémie, nous avons réussi à nous rencontrer à travers les plateformes numériques pour nous rencontrer, rire, nous former et adorer le Saint Sacrement en compagnie des religieux de l’Equateur, du Brésil et du Venezuela qui, avec leur disposition, nous accompagnent pour continuer à être une famille dehonienne.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information