23 décembre 2020
23 déc. 2020

L’avent autrement vécu

Entre activités pastorales habituelles et réajustements liés aux restrictions qu’impose la pandémie de l’heure, les Dehoniens se sont évertués, dans leurs différents champs pastoraux en Angola, au Cameroun et au Congo, à préparer les cœurs à la venue du Messie.

par  Boris Igor Signe, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

En ces temps où la pandémie à Covid-19 soumet les hommes à un rythme de vie inhabituel, vivre le temps de l’avent comme le veulent nos coutumes religieuses et culturelles relève aujourd’hui, sous plusieurs cieux, d’un sentiment nostalgique. Car les mesures de distanciation sociales n’en donnent pas la possibilité, du moins limitent considérablement le déploiement à cet effet. Pourtant dans certaines régions du monde, à l’instar de plusieurs pays africains, les activités pastorales suivent leur cours normaux après quelques mois de fortes restrictions. Pour savoir exactement ce qu’il en est, nous nous sommes rapprochés de quelques Prêtres du Sacré-Cœur dans leurs différents lieux de mission en Angola, au Cameroun et au Congo.

En Angola

P. Bartolomeu Quizembo avec les jeunes

Comme partout ailleurs les mois précédents en Angola ont été marqués de fortes restrictions. Plusieurs événements religieux avaient même été repoussés à des dates ultérieures. Mais depuis quelques temps les activités redémarrent progressivement, au point où les confirmations auront finalement lieux : « Nous avons le privilège de recevoir l’évêque du diocèse, en ce temps de grâce, qui visite par étapes les trois centres pastoraux de la paroisse, en administrant ainsi le sacrement de la confirmation qui a été plusieurs fois ajourné à cause de la Covid-19 », déclare le père Bartolomeu Quizembo SCJ, de la paroisse Notre Dame du Rosaire, dans le diocèse de Viana. De même pendant ce temps de l’avent les premières communions ont enfin été organisées pour les jeunes qui après avoir fini la catéchèse depuis longtemps, devaient attendre l’évolution favorable de la situation pandémique. Si l’avent à Viana  a arboré surtout une coloration sacramentelle, le père Bartolomeu reconnait tout de même que cette assistance pastorale auprès du saint peuple de Dieu s’est fait et se fait toujours dans le respect des mesures imposées.

Au Cameroun

P. Parfait Mongo

P. Mathias Ebode

Le format des événements autour de l’avent n’a quasiment pas changé au Cameroun. Si ailleurs rien n’a pu et ne peut être organisé à cause des strictes restrictions qu’impose le contexte de crise actuel, tout semble fonctionner normalement au Cameroun dans plusieurs paroisses et centres spirituels comme si la Covid-19 n’existait pas. C’est d’ailleurs ce que confirme la simple observation des comportements sociaux, où des évènements sont organisés normalement et sans la moindre mesure barrière, comme le fait remarquer le père Mathias Ebode SCJ, vicaire de la paroisse Saint Timothé de Bonabérie à Douala : « Sans mentir les mesures barrières ne sont pas respectées. Les gens sont fatigués». Les chrétiens sont fatigués de cette crise au point où les cicatrices qu’elle a laissé des mois précédents créent une certaine lenteur dans la participation aux activités pastorales de la paroisse. Qu’à cela ne tienne, précise le père Mathias, quelques évènements, tel qu’une récollection et un concert de musique religieuse ont eu lieu dans le but de mieux préparer les jeunes de la paroisse à la fête de Noël. Le père Parfait Mongo SCJ, responsable du « Puits de Jacob », l’aumônerie des jeunes à Bafoussam, pense lui aussi que la préparation spirituelle est capitale en cette veille de Noël. C’est la raison pour laquelle une grande partie du programme de l’aumônerie a été consacrée aux récollections et sessions de formation avec plusieurs groupes venant des paroisses du doyenné de Tamdja, dans la ville de Bafoussam. Même si le Coronavirus semble avoir été vaincu au Cameroun, comme le relevait l’archevêque de Douala, Samuel kleda, l’Aumonier du « Puits de Jacob » reste prudent : « Le Covid est une évidence, mais je crois que le Christ, qui est et qui vient est le meilleur vainqueur du Covid. Confions nous à lui et nous ne serons pas déçus. »

En République Démocratique du Congo (RDC)

Diac. Vervein Mtoro

Les retraites et les confessions ont également marqué ce temps de l’avent. Ce sons du moins les événements principaux organisés au sein de la paroisse des prêtres de la société du verbe divin (SVD), à Lemba dans l’archidiocèse de Kinshasa, lieu de pastoral du Diacre Vervein Mtoro SCJ. Malgré la crise à Covid-19 les activités pastorales ordinaires ont été maintenues, et en plus d’elles l’organisation des retraites et confessions comme le précise le diacre Vervein : « Pour la préparation à Noël nous avons organisé deux séries de retraites spirituelles (une pour les jeunes et l’autre pour les adultes), chacune suivie des confessions ».

Même si ces activités pastorales de l’avent variaient selon les lieux, elles concouraient toutes à aider les chrétiens à mieux se préparer spirituellement pour accueillir en eux le Christ qui vient.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information