13 décembre 2020
13 déc. 2020

Mission possible dans les régions éloignées de la Papouasie

La province d'Indonésie a une mission domestique à prendre en charge, dans une province située à l'extrême du pays appelée Papouasie. Le frère Gregorius Sigit Wiyono SCJ a servi dans les régions éloignées de la Papouasie pendant dix ans. Il faut parfois quinze jours pour atteindre les zones de mission à pied, en moto et en hélicoptère. Le Fr. Gregorius Sigit Wiyono SCJ, un frère religieux de la province d'Indonésie, partage son expérience.

par  Gregorius Sigit Wiyono, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

“Que voulez-vous que je fasse pour vous ?” Répondez à la personne : “Seigneur, pour que je puisse voir ! (Luc 18 :41) Ces paroles de la Bible font l’objet de mon partage. Ces dix dernières années, j’ai travaillé en tant que frère religieux sur la terre de mission domestique de Papouasie. Et c’est dans cette terre de mission que j’ai compris que la vie de la foi et de l’église est très dynamique. Papouasie est constituée de tant d’âmes assoiffées de la parole et de l’Eucharistie qui ne sont pas pleinement servies. C’est en elle que ma conscience et ma morale se sont souvent rebellées contre l’injustice et l’impuissance.

Dans le diocèse de Timika, j’ai été affecté à la paroisse de “maria bintang laut” (nom de l’église) kokonao (lieu). Le diocèse a été fondé le 19 décembre 2003 avec le premier évêque, Mgr John Philip Saklil. Ce nouveau diocèse compte 113 420 membres issus de 30 paroisses réparties le long de la côte sud, des montagnes centrales de la Papouasie jusqu’à la côte nord de la Papouasie. Pour des raisons d’efficacité du service, il est courant que plusieurs paroisses soient fusionnées en une seule en raison du nombre limité de personnes chargées de la pastorale. En 2015, le diocèse de Timika comptait 20 prêtres diocésains et 21 prêtres religieux. La zone de service couvre huit districts d’une superficie de 102 892 km2, une très grande zone de service avec un nombre très limité d’agents pastoraux.

La nature est un défi en soi dans le service

La côte sud, dominée par des forêts de mangroves et des forêts vaseuses, rend la zone de service uniquement accessible par bateau et à pied. Plusieurs stations disposent d’installations aéroportuaires mais il n’y a pas d’horaire de vol fixe. Lors des services de routine et des vacances vers les stations les plus éloignées, il peut s’écouler entre dix et quinze jours pour un seul voyage. Par ailleurs, la zone de service située dans les montagnes centrales de la Papouasie, avec ses pentes abruptes, n’est accessible que par des avions pionniers (le Scottish Aviation Twin Pioneer est destiné au décollage et à l’atterrissage courts) plutôt qu’en moto ou à pied. Actuellement, le gouvernement construit une route trans-Papouasie (la route trans-Papouasie désigne 12 segments de route, dont certains sont en construction, à travers les provinces de Papouasie et de Papouasie occidentale en Indonésie) qui part de la côte nord et traverse les montagnes centrales, et qui devrait être reliée à la côte sud. Si ce chemin est achevé, il soutiendra sûrement le ministère de l’église.

Le contexte culturel

Un autre défi, à savoir le contexte culturel composé de dizaines de tribus et de langues différentes, est difficile en soi. De nombreux lieux de service doivent inviter les habitants à devenir traducteurs dans la langue locale lorsqu’ils sont visités. Ainsi, lorsqu’ils dirigent des services religieux, un traducteur doit se tenir à côté de l’autel pour traduire dans leur langue. En outre, la compréhension et la connaissance minimales de l’église et de ses enseignements rendent la prédication plus complexe. À cet égard, je constate que le diocèse de Timika fait preuve d’une grande créativité en plaçant les enseignants des écoles catholiques dans les zones rurales avec la tâche supplémentaire d’être actifs dans la vie de l’église dans leurs lieux de travail respectifs. Ils enseignent également la religion dans les écoles et deviennent des promoteurs de la foi catholique.

À mon avis, en tant que jeune diocèse, la mesure la plus urgente en ce moment est de recruter des travailleurs de l’ombre comme des catéchistes pour couvrir le manque de prêtres. Les confrères avec la formation de 14 membres ont commencé à construire un bâtiment polyvalent. L’un des objectifs est la formation du personnel pastoral. Malheureusement, cet effort est limité par le financement.

Ma vie de dehonien

Comment vivre ma vie de dehonien dans une telle situation ? Les premiers mois m’ont été très difficiles pour l’adaptation à la culture, au climat et aux habitudes de vie. Cependant, la prière et la soumission à Dieu sont devenues une source distincte de force et d’inspiration pour le cheminement de ma vie et de ma foi pour l’avenir. Dieu a diverses manières d’agir, me confirme et me réconforte. La beauté naturelle de la Papouasie est la principale attraction pour moi. De ce royaume, j’ai ensuite été émerveillé par son œuvre majestueuse. La nature avec ses forêts vierges, son air très frais, ses innombrables animaux et espèces m’ont fait réaliser que la Papouasie fait partie de ma vie. Le caractère unique de la culture locale me fait également tomber amoureux de la Papouasie.

L’acceptation et la fraternité sont caractéristiques des communautés locales que l’on retrouve dans les événements organisés pour accueillir des invités ou des nouveaux venus. Mes interactions quotidiennes avec les gens m’ont fait comprendre que l’œuvre de Dieu pour le peuple papou n’a jamais été comprise. Parfois, cela ne semble pas logique. Par exemple, une femme des régions intérieures de la Papouasie peut donner naissance à des enfants en bonne santé sans médicaments et sans installations médicales stériles ; elle peut le faire avec l’aide de la communauté. Un autre exemple est lorsque la fièvre est élevée à cause du paludisme. La meilleure façon de guérir est de dormir par terre avec des feuilles de bananier. Et se rétablir sans prendre de médicaments. Mais il est difficile de faire raisonner. Il se peut que ce soit la façon dont Dieu s’occupe d’eux, les protège et les bénit. C’est le gouvernement qui pourvoit. Des installations sanitaires, mais elles ne sont pas optimales car le personnel médical vit souvent dans les villes où il est affecté. Chaque fois qu’ils partent en voyage, les scj doivent apporter leurs médicaments pour eux-mêmes. Lorsque le voyage se fait à l’intérieur de la Papouasie, il faut généralement apporter des vêtements à distribuer par la communauté, plusieurs fois des médicaments, ainsi que des fournitures scolaires pour les enfants.

Je vous invite à prier

En tant que dehonien, j’invite les confrères de partout à prier pour les confrères de la terre de mission de Papouasie afin qu’ils soient bénis de la bonne santé et de la puissance de l’Esprit Saint afin de continuer à être désireux de répandre l’évangile à l’intérieur de la Papouasie. Si Dieu me demande “Que veux-tu que je fasse pour toi ? “. Alors je répondrai : “Seigneur, que je puisse voir la prospérité et le bien-être de ton peuple en terre de Papouasie, afin que de nombreuses personnes soient incitées à s’engager dans toute forme d’évangélisation en Papouasie.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

Je consens au traitement de mes données personnelles