09 novembre 2020
09 nov. 2020

Faire de l’église un laboratoire d’humanisation

Entretien avec Mgr José Ornelas Carvalho, évêque de Setúbal (Portugal) et président de la Conférence épiscopale portugaise. Résumé de l'interview vidéo.

par  Sergio Rotasperti, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Pendant 12 ans, vous avez dirigé la Congrégation des Dehoniens et à la fin de votre service, vous avez été immédiatement consacré évêque du diocèse de Setúbal ; depuis juin dernier, vous êtes président de la Conférence épiscopale portugaise. Vous avez toujours déclaré que vous vouliez être missionnaire, mais vous êtes au cœur des institutions ecclésiales. Comment concilier mission et institution ?

J’ai toujours voulu être prêtre et missionnaire. Mais Dieu m’a toujours pris au dépourvu. J’étais nostalgique de ce que j’avais laissé derrière moi, mais j’ai tout accepté sans amertume et je n’ai jamais eu la tête dans les différents rôles que j’ai assumés. Personnellement, j’aurais préféré partir en mission, mais le Pape m’a demandé d’être missionnaire ici à Setúbal. La mission est en Europe aujourd’hui et c’est un défi pour toute l’Eglise.

Récemment, vous avez rédigé une note pastorale dans laquelle vous invitez les chrétiens à affronter cette période de pandémie comme “un retour à la communauté”. Pouvez-vous mieux l’expliquer ?

Ici aussi, au Portugal, la pandémie explose à nouveau. Tout d’abord, nous devons défendre la vie et ne mettre personne en danger. Même pendant le confinement, nous avons vu qu’il est possible de vivre, d’organiser, de célébrer la communauté. L’église n’est pas simplement formée numériquement, mais la créativité numérique a été formidable. Et j’espère que cela restera ainsi. Mais nous devons avoir une communauté. L’église doit fonctionner comme un laboratoire de communion, d’aide, de partage des ressources.

Pour vaincre le virus, il est impossible de créer des écarts sociaux et économiques. J’ai remarqué qu’ici, dans le diocèse, les grandes épidémies se sont produites parmi les groupes les plus faibles. Nous devons faire face à la crise ensemble. Nous sommes dans le même bateau, comme le dit le pape François. L’Église doit s’ouvrir pour que nous puissions comprendre que nous sommes ensemble et essayer de faire face à la pandémie ensemble. Sinon, l’avenir sera difficile pour tout le monde.

Pendant cette période de COVID-19, le Parlement portugais a mis l’euthanasie à l’ordre du jour. Comment l’église portugaise a-t-elle réagi ?

L’église a agi avec sagesse comme elle l’a fait sur le thème de l’avortement. Elle n’a pas fait un exercice de force et de pouvoir, mais elle a voulu faire réfléchir les gens. Un important travail de sensibilisation a été réalisé. Le Parlement a rejeté le référendum signé par 100 000 citoyens, préférant agir seul. Je ne condamnerai jamais une personne qui, à la limite de l’espoir et pour mettre fin à une douleur (pas si physique) décide de mettre fin à sa vie. Je ne la condamnerai jamais, mais je suis à ses côtés. Ce que je ne peux pas accepter, c’est que la société propose l’euthanasie comme une bonne nouvelle et un remède pour les personnes qui sont en fin de vie. La société doit se tenir prête et accompagner les gens pour les aider à trouver des raisons de vivre. Notre pays doit investir dans les soins palliatifs et expérimenter des formes d’accompagnement spécialisées pour les malades en phase terminale. En particulier en cette période de pandémie, nous devons soutenir les personnes âgées et les plus fragiles.

Au sanctuaire de Fatima, vous avez voulu mettre en avant le rôle des femmes dans l’église. Une question délicate dans le débat ecclésial aux côtés d’autres, comme la lutte contre les abus et les couples homosexuels, sur laquelle le pape François s’est récemment exprimé.

Je pense qu’il est important de comprendre l’esprit de l’Evangile, l’approche des hommes et des femmes. À Fatima, j’ai dit que l’Église doit être maternelle et paternelle. L’église dans sa masculinité ne reflète ni la création ni l’Evangile. À Fatima, nous avons célébré Marie. Comment pouvez-vous mettre la femme hors de la maison ? Elle est l’image de l’église et elle a accueilli Jésus.

Si une personne est fragile, il est de notre devoir de la soigner et de l’accompagner. Dieu nous aime, et nous aimer est la source de tout. Si nous sommes frères et que nous avons des difficultés, nous devons nous regarder avec amour et respect et prendre soin les uns des autres. Si le jugement remplace l’amour, cela signifie que nous n’avons pas compris la nouvelle logique de l’Evangile. Dans les questions débattues, comme celle, récente, de l’homosexualité, il y a des positions très contradictoires. Cela ne m’inquiète pas. Mais nous avons besoin que l’église soit un laboratoire d’humanisation.

Le 4 octobre dernier, le pape François a publié la nouvelle encyclique “Fratelli tutti” (Tous frères). Que devrions-nous faire ?

Nous devons créer une culture évangélique : la culture d’un monde pour tous. Il existe des mouvements populistes qui se présentent comme les champions de valeurs qui ne sont pas comme le fait de ne pas vouloir être contaminé par les autres, ou de laisser de côté les émigrants. L’Évangile doit créer une culture, une culture inclusive, ouverte à tous.

En 2023, la Journée mondiale de la jeunesse sera célébrée à Lisbonne. Comment les diocèses se préparent-ils ? Dans quel esprit devons-nous nous préparer ?

Je pars de l’expérience de mon diocèse. Depuis environ trois ans, nous nous concentrons sur les jeunes, mais pas sur la mode. Les paroisses se plaignent qu’elles n’ont pas de jeunes, mais quand en auront-elles ? Ne passons pas le relais. Ils doivent vraiment devenir des protagonistes et des responsables dans la paroisse. Nous devons prendre les jeunes au sérieux. Dans les paroisses, nous faisons le conseil des jeunes, parce qu’ils doivent avoir une parole dans la communauté et le conseil paroissial doit écouter les jeunes, et ainsi de suite au niveau diocésain. Comme dans une famille, les jeunes doivent avoir les clés de la maison. Quand leur remettons-nous les clés de notre paroisse ? Le prêtre doit les accompagner, être prêtre et laisser l’organisation aux jeunes.

En ce qui concerne la prochaine Journée mondiale de la jeunesse, nous organisons des cours de formation, en collaboration avec les autorités civiles. Nous sommes convaincus que ce sera un moment d’espoir, une expérience de communion universelle, de partage de la joie d’être chrétiens.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information