18 mars 2021
18 mars 2021

“…comme si c’est un Dehonien qui l’avait écrit !”

Entretien avec le supérieur général, le père Carlos Luis Suárez Codorniú SCJ, à propos de "Fratelli tutti", la récente encyclique du pape François.

par  André Lorenz
Dein Reich Komme

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

L’encyclique du pape François “Fratelli tutti” présente des parallèles étonnants avec la spiritualité et l’activité dehoniennes. Comment expliqueriez-vous l’encyclique en quelques mots ?

L’encyclique est un pèlerinage à travers l’humanité. Pour moi, l’encyclique est une lectio divina sur la parabole du bon Samaritain, une contemplation à méditer : Où allons-nous ? Comment on y va ? Qui rencontrons-nous ? Qui évitons-nous ? Nous essayons toujours d’atteindre une certaine destination. Mais que se passe-t-il en cours de route ? Lorsque le Pape lit cette merveilleuse parabole, il est, en un sens, assis sur le bord de cette route, prenant le temps de sentir ce pèlerinage. 

Quelles ont été vos premières pensées lorsque vous avez lu l’encyclique ?

C’est comme si c’est un Dehonien qui l’avait écrit ! (rires) En fait, nous avons immédiatement écrit une lettre à la Congrégation parce que nous étions très impressionnés. Ce que nous avons lu nous a semblé très familier. Les dehoniens peuvent se sentir chez eux dans le texte parce qu’il s’agit de notre spiritualité. Le père Dehon était aussi un voyageur. Mais pour lui, il ne s’agissait pas de tourisme et de découverte de nouveaux endroits. Voyager était sa façon de comprendre le monde. Il a pris de nombreuses notes au cours de ses voyages, et cela nous montre la compréhension profonde que le père Dehon recherchait également : où nous allons, ce qui nous apporte de la joie, que l’on prend soin de ses compagnons parce que nous ne sommes pas seuls. Comme le dit le Pape : nous sommes des compagnons de voyage.

Et comment vous êtes-vous sentie en tant que Supérieur Général : confirmé ? Encouragé ?

Fratelli tutti m’a énormément encouragé. L’encyclique est extrêmement utile pour renforcer notre engagement. On parle parfois du Dehon spirituel, du Dehon social, du Dehon historique – mais en fait, on considère la spiritualité de Dehon dans son ensemble. Elle s’exprime dans une façon particulière de regarder le monde, et c’est ce dont il s’agit dans l’encyclique. Elle s’enracine dans une expérience de foi, et sur la base de cette expérience, on peut traverser la vie correctement. C’est encore possible aujourd’hui ! Dans le monde entier, nous nous engageons de nombreuses manières, mais chaque action doit faire partie d’une expérience intérieure de foi et de Dieu – car c’est Dieu qui fait quelque chose avec nous. Parfois il s’approche de nous, parfois il nous retient. Lorsque nous découvrons ce que Dieu envisage pour nous, nous devons le faire.

Vous avez dit que l’encyclique décrit un chemin, un pèlerinage – mais vers quel but ? Quelle est la réponse du Pape ? 

Nous sommes appelés à aimer ce qui fait de nous ce que nous sommes. Aimer nos vies. Pour apprécier nos dons et nos talents. Pour profiter de notre pèlerinage, pour découvrir de nouveaux visages et compagnons. Notre existence a un sens, et nous ne sommes pas seuls. Comment pouvez-vous m’aider à devenir plus humain, un meilleur homme, une meilleure femme ? Comment pouvez-vous m’aider à développer qui je suis ? C’est un merveilleux pèlerinage de solidarité : marchons ensemble. C’est le Sint Unum de notre spiritualité : que tous soient un ! Et une nouvelle façon de lire notre Sint Unum. Fratelli tutti est également une continuation cohérente des enseignements de ce pape. Toutes ses lettres ont quelque chose en commun : que l’un aide l’autre à se développer.

Le pape François écrit au numéro 127 : “On peut aspirer à une planète qui assure terre, toit et travail à tous. C’est le vrai chemin de la paix…” Que peut faire un pape aujourd’hui dans un monde à prédominance laïque, globalisé et fragmenté ?

La façon d’être de François est la proximité : avec le peuple, avec les plus pauvres. Ce sont surtout les plus pauvres qui ont besoin de plus de proximité, et ils l’obtiennent du pape François. Pour moi, c’est merveilleux de lire cette parabole et de ressentir cette proximité. Dieu nous a également fait ressentir cette proximité lorsque le Verbe est entré dans notre monde et s’est fait chair. C’est également important pour notre vie religieuse, afin que nous restions ensemble. Ce que le pape François montre aussi, c’est de la gentillesse. Cette joie d’être gentil avec les autres et de leur demander : que voulez-vous que je fasse pour vous ? C’est ce que nous tirons des enseignements du pape François : La proximité et la gentillesse. Il nous le montre à travers de nombreux gestes d’amitié. Il se sent proche de nous, nous appartenons à sa famille.

La proximité et la convivialité sont également des caractéristiques des dehoniens. En tant que Dehonien, quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise de “Fratelli Tutti” ? Quelle nouveauté ?

Ce qui était nouveau pour moi, c’était le courage de prendre du recul et de voir notre spiritualité sous un nouveau jour. Le pape se réfère à l’Évangile, et bien sûr nous connaissons très bien l’Évangile. Mais maintenant le Pape jette une nouvelle lumière sur l’Evangile, nous offre une nouvelle façon de le regarder, et je pense, “Oh mon Dieu, nous connaissons le Pape depuis si longtemps, mais maintenant il est encore plus proche de nous. Le Pape nous invite à nous rapprocher encore plus de lui en disant : “Immergez-vous dans l’Evangile”. C’est ce que le père Dehon a également enseigné : s’immerger dans l’Evangile. Faites partie de cette parabole. Faites partie de ceux qui cherchent Jésus.

Le pape François dit : “ Soyons parties prenantes de la réhabilitation et de l’aide aux sociétés blessées“. (FT 77). On dirait qu’il a été directement tiré de la déclaration missionnaire des Dehoniens …

… mais bien sûr ! Il s’agit d’une réparation. Nous voyons des sociétés brisées. Nous voyons des familles brisées. Nous voyons des nations brisées. Nous voyons tant de blessés et de personnes blessées. Le monde entier souffre. Il y a tant de choses à réparer. La façon d’exprimer notre amour pour Dieu est de montrer notre amour aux personnes brisées dans notre contexte, à notre époque. La spiritualité de la réparation est absolument présente dans ce texte. C’est exactement ce que le bon samaritain a montré. Il a fait sa part pour guérir. Nous, les Dehoniens, ne sommes pas les surhommes de l’humanité, mais nous sommes une petite partie d’un grand nombre de héros dans ce monde. Nous ne pouvons pas assumer tous les fardeaux de ce monde, ce serait présomptueux et frustrant, mais nous pouvons faire quelque chose. C’est merveilleux ! Et nous nous demandons très sérieusement : que puis-je faire ? Où est mon blessé ? Pour quel homme, quelle femme, quel enfant, puis-je participer à la guérison ?

Quand avez-vous eu pour la dernière fois le sentiment que vous pouviez faire quelque chose?

Il y a peut-être deux heures (rires). J’ai reçu un appel d’un confrère. Il était très contrarié à cause d’un malentendu avec un autre confrère. J’étais juste là pour lui, j’ai pris mon temps et je lui ai dit : “Calme-toi, tu ne dois pas le prendre de façon aussi étroite. Oui, je pense que c’était la dernière fois… Je suis convaincu que chacun de nous a l’occasion chaque jour de faire partie d’une solution.

Comment résumer brièvement les similitudes entre la spiritualité dehonienne et les “Fratelli tutti” ?

Quelqu’un nous aime avant que nous aimions – sans rien demander en retour. Pourquoi ce seul homme dans la parabole du bon samaritain, parmi tous les gens, s’est-il arrêté ce jour-là ? Et pas les autres ? Il ne savait rien de l’homme blessé, s’il était riche, par exemple, et le paierait plus tard pour son service. Il l’a fait par plaisir de faire quelque chose de bien pour un autre. Je pense que c’est vraiment très Dehonien. En regardant notre fondateur, même lors de rencontres concrètes avec d’autres personnes, avec d’autres religions, nous apprenons : Ne cessez pas de faire le meilleur pour les autres. Et le faire sans réciprocité, c’est particulièrement important à notre époque où l’on dit toujours : qu’est-ce que j’obtiens en retour ? Nous perdons la joie de nous donner en sacrifice.

Il existe un lien particulier entre le pape François, ses écrits, ses enseignements et l’héritage du père Dehon. Quelle est cette relation ?

Tous deux ont les pieds bien sur terre. Ils connaissent la réalité. Ils savent : Il y a beaucoup de moments douloureux dans ce monde. Mais en même temps, ce sont des hommes d’espoir. Ils savent qu’ils ne périront pas de tristesse, de violence, d’égoïsme. Ils savent que l’histoire est entre les mains de Dieu, et que Dieu sera le vainqueur de l’histoire. Mais si quelqu’un gagne, cela signifie que quelqu’un d’autre perdra. Notre façon de gagner est de perdre : mes propres projets, mon confort personnel. “Comment devient-on un perdant ?” – c’est très difficile dans une société qui est surtout axée sur la victoire. Lisez ce livre, suivez ce cours, et vous serez gagnant ! Non, je pense que l’Evangile nous enseigne : soyez un perdant ! Perdez le pire de vous-même, et alors seulement vous serez vraiment heureux, alors seulement vous serez un vrai être humain !

Cela semble très étrange, surtout dans nos sociétés occidentales : gagner en perdant …

…bien sûr ! Dans une de nos écoles en Espagne, j’ai eu une réunion avec les professeurs. Je leur ai demandé d’installer un grand panneau devant l’école avec les mots : venez nous rejoindre et devenez un perdant ! Ils ont été choqués…

… Je peux le comprendre !

Ensuite, j’ai essayé d’expliquer que c’est la logique de l’Evangile. Le bon samaritain est sans aucun doute un gagnant. Au cours de ce processus, il a perdu de l’argent, du temps, il a peut-être manqué un rendez-vous et perdu sa petite amie.

Et qu’a-t-il gagné ?

La joie de la compassion. Ce dont il s’agit, c’est de la compassion. Nous avons tous beaucoup de bons sentiments. Mais que sont les bons sentiments ? Ils ne vous ouvrent pas la voie. La compassion fait toute la différence. Le bon samaritain a senti, je ne suis pas seulement un voyageur, je suis un pèlerin. Cela fait une différence. Il fait l’expérience de Dieu, ne contrôlant pas chaque étape, mais laissant la bonne chose se produire. Un voyageur planifie où il va, quand il s’arrêtera, quand et où il sera. Un pèlerin, en revanche, ne sait pas où il dormira demain.

Le pape François a écrit “Fratelli tutti” avant et pendant la pandémie de Corona. Dans quelle mesure le travail des Dehoniens a-t-il été affecté par la pandémie ? Comment pouvez-vous encore être de bons samaritains en cette période de pandémie ?

Bonne question. Notre règle de vie exige qu’un Supérieur général visite toutes les entités. Pour ce faire, je devrais constamment voyager autour du globe, en visitant une cinquantaine de pays différents. Je n’ai pas pu le faire depuis près d’un an maintenant. Mais nous avons trouvé de nouvelles possibilités dans l’administration générale avec les médias numériques. Et nous avons maintenant plus de temps pour prier, pour mieux penser, pour réfléchir, pour discuter. Pour moi, le temps que j’ai passé ici, dans la communauté romaine, avec une quarantaine de confrères, est une bénédiction ! Lorsque j’ai commencé mon service à la congrégation, tout ce que je disais partout était “Bonjour”, “Bonjour”, “Au revoir”, “Au revoir”. J’étais absent la plupart du temps. Mais maintenant, je suis ici, à faire la connaissance de mes jeunes confrères. C’est une façon très différente de connaître la Congrégation. Mais bien sûr, j’ai le désir de visiter à nouveau les entités et d’embrasser mes confrères, de voir leurs réalités de mes propres yeux. J’en souffre également.

Cela signifie-t-il que vous serez le premier Supérieur général qui n’aura pas visité toutes les Entités pendant son mandat ?

Eh bien, le père Dehon a également vécu cette expérience pendant trois ans pendant la Première Guerre mondiale. Là, il ne faisait que voyager entre Bruxelles et St Quentin. Il a dû renoncer à ses voyages à une époque où la congrégation se développait dans de nombreux endroits. Cela signifie que je me sens plus proche du père Dehon maintenant.

Je me souviens de notre première conversation juste après votre élection, et je vous avais demandé quels étaient vos principaux défis. Vous aviez répondu : redécouvrir l’Évangile, redécouvrir l’héritage de notre Fondateur, et redécouvrir le Fondateur lui-même. Vous n’auriez probablement pas pu imaginer que la redécouverte du Fondateur se ferait dans ce genre d’isolement.

Jamais ! Mais il est précieux ! Cela m’aide énormément. Aujourd’hui, bien sûr, nous avons les possibilités de la technologie. Et les documents du pape François – Fratelli tutti, Evangelii Gaudium, Laudato Si’ – nous aident sur le chemin de l’Evangile. Je me sens béni par ces enseignements. Ils nous aident à actualiser notre expérience de l’Évangile.

Immédiatement après la publication de l’encyclique, vous avez écrit une lettre à la Congrégation. Il a été publié dans plusieurs articles sur votre site web dehoniani.org. Quels sont vos projets futurs sur la façon dont les dehoniens devraient travailler et vivre avec cette encyclique ?

Nous invitons toutes les entités à lire l’encyclique à partir de leur propre réalité. Par exemple, nous demandons également à nos écoles de faire quelque chose de “Fratelli tutti” et de “Laudato Si”, parce que nous pensons que les deux sont liés. Nous disposons de nombreuses ressources, il suffit de les utiliser correctement. Nous avons beaucoup de matériel, et nous avons beaucoup d’opportunités. Les entités prennent cela très au sérieux, et un certain nombre d’initiatives concrètes ont déjà vu le jour.

 

Dein Reich Komme 60 (2021) 10-13.

Dein Reich Komme est le magazine des Dehoniens de la province allemande.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information