22 février 2021
22 févr. 2021

Ordination sacerdotale et Jubilé de la provincialisation du Cameroun

Ce samedi 13 février 2021 les Déhoniens du Cameroun se sont réunis au scolasticat international Jean Dehon de Ngoya pour une double célébration : L’ordination sacerdotale du Diacre Valéry Ngono SCJ et l’ouverture de l’année jubilaire de la provincialisation du Cameroun.

par  Boris Igor Signe, scj

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Le scolasticat international Jean Dehon

La maison de formation Jean Dehon de Ngoya est selon les termes du P. Joseph Kuaté SCJ, historien, «l’une des maisons les plus internationales de la Congrégation depuis son ouverture ».[1] En effet, avant même sa construction à partir de 1988, les scolastiques qui vivaient dans la petite communauté André Prévot à Yaoundé constituaient déjà un groupe international venant du Cameroun et du Congo. C’est dans le but de rapprocher la communauté des étudiants de l’école Théologique saint Cyprien qu’un scolasticat avait été construit à l’époque sur un terrain de 4ha non loin de l’école théologique, avec le soutien matériel de plusieurs Provinces : « En fait, c’est toute la Congrégation qui a été sensible pour que le Cameroun se dote d’une structure de formation des jeunes », témoignait le père Siou.[2] Depuis son inauguration le premier juillet 1990, avec au départ trois scolastiques (les Frères Engelbert Fotsing, Albert Lingwengwe et Léonard Ghomo),[3] le scolasticat international Jean Dehon forme actuellement vingt et un Déhoniens de quatre nationalités. En plus de trente ans d’existence, la maison Jean Dehon a formé plusieurs Prêtres du sacré cœur du Cameroun, du Congo, de l’Angola, du Mozambique, de l’Inde et de l’Afrique du Sud. Cette internationalité, si chère aux Déhoniens, est une grande richesse pour le  scolasticat de Ngoya. Pour le père Jean Marie Ngombou, formateur depuis plusieurs années, elle permet non seulement l’ouverture et l’intérêt des confrères à découvrir d’autres cultures mais aussi l’équilibre au niveau de l’équipe formatrice. Il relève cependant quelques défis auxquels fait face cette maison internationale: La compréhension et l’harmonisation des différences culturelles ; Le sérieux défis économique qui entraine avec lui un déficit au niveau de l’entretien des infrastructures et du parc automobile : « Nous avons deux bus pour le transport des étudiants qui ont vieilli, suffisamment vieilli et il n’y a même pas une promesse de les changer ni d’en augmenter. », précise-t-il avant d’ajouter : «Si on  voudrait avoir quelque chose de plus équilibrée ici, je pense qu’on devrait poser l’accent sur les infrastructures, les moyens de déplacement pour les jeunes, et puis d’avantage améliorer le cadre de formation, pour qu’il épouse vraiment le standard d’une maison internationale. »

Une ordination inédite

Au scolasticat international de Ngoya au Cameroun eu lieu samedi dernier un évènement inédit : une ordination sacerdotale. Pour la première fois de son histoire la maison Jean Dehon a organisé dans son enceinte l’ordination sacerdotale d’un confrère, le père Valery Gilbert Ngono Onana SCJ. Selon le recteur du scolasticat, le père Michel Mandey, ce fut d’une telle réussite qu’on souhaiterait dans l’avenir organiser de tels évènements au scolasticat : «Avec l’expérience que nous avons eu, je pense que c’est quelque chose qui peut devenir faisable. Je pourrais même dire, ce serait l’idéal ». Cependant, au-delà de l’organisation et des belles festivités, le père Valery, le nouveau prêtre, est resté concentré sur la profondeur du sacrement qu’il a reçu: « Pour moi, le prêtre est en quelque sorte un pasteur à qui le Seigneur donne la charge de son troupeau; c’est un humble serviteur du Christ. Il doit exercer son ministère à l’image de celui du Christ, Grand Prêtre et bon pasteur. », a-t-il déclaré. Cette messe d’ordination, merveilleusement bien organisée, a été présidée par Mgr Sosthène Laopold Bayemi, évêque du diocèse d’Obala, dans la région du Centre Cameroun. A côté de la grande mobilisation de tous les confrères et du personnel du scolasticat, on a également noté une forte présence des confrères SCJ venus d’ailleurs, de plusieurs autres prêtres, religieux et religieuses, sans oublier les membres de la famille de l’élu du jour ainsi que ses amis et connaissances.

Entré chez les prêtres du sacré cœur en 2010, le père Valery Gilbert a fait sa première profession le 12 Août 2012 à Ndoungué. Puis s’en sont suivies trois années d’études philosophiques à Yaoundé. Après une année de stage de vie religieuse il s’est envolé pour le Brésil où il a accompli quatre année d’études de Théologie à Taubaté, où il fut ordonné Diacre ; et maintenant prêtre dans son pays natal.

La provincialisation du Cameroun

Au cours de cette même célébration eucharistique les Déhoniens du Cameroun célébraient également l’ouverture solennelle de l’année jubilaire de leur 25 ans d’existence comme province. Le passage du statut de Région à Province a été au Cameroun le fruit d’un projet murit sur plusieurs années. Finalement c’est le 30 novembre 1995 par la déclaration du gouvernement général de Rome que le Cameroun devint la 22è province de la congrégation et la troisième en Afrique après le Congo en 1964 et l’Afrique du Sud en 1994. Mais la célébration de la provincialisation proprement dite ne s’est fait que les 13 et 14 juin 1996 à Nkongsamba, avec l’entrée en fonction de la nouvelle administration provinciale constituée des pères André Conrath, supérieur provincial, et de quatre conseillers: Alphonse Huisken, Antonio Panteghini, François Rietsch et David Tachago. A l’époque la jeune province comptait 38 membres dont 25 prêtres, 4 frères, 6 scolastiques et 3 novices.[4] 25 ans après, elle compte aujourd’hui 127 membres et 6 novices. C’est aussi pour célébrer ce noce d’argent de la province camerounaise que plusieurs confrères ont fait le déplacement ce weekend pour Ngoya, où un gâteau spécialement confectionné pour la circonstance a été coupé des mains du supérieur provincial le père Jean Marie Signié, accompagné de Mgr Sosthène Bayemi, célébrant principal, du Père David Tachago, vicaire provincial et du nouveau prêtre, le père Valery Ngono.

 

[1] Joseph Kuate, Cents ans d’évangélisation dehonienne au Cameroun, dans Dehoniana Docs Online 7/2013.

[2] Ebd.

[3] Kuate, Joseph : Les Dehoniens au Cameroun dans la Dynamique Missionnaire de l’Eglise au XXe Siècle (Studia Dehoniana 56), Rom 2012, p. 479.

[4] Ibid., p. 522 – 525.

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

Je consens au traitement de mes données personnelles