26 août 2020
26 août 2020

Servir avec joie et gratitude

Entretien avec le père David Tachago à l'occasion de ses 25 ans de sacerdoce, dont 14 consacrés à la formation des jeunes candidats à la vie religieuse. Les secrets de sa fidélité au Seigneur.

par  Boris Signe

email email whatsapp whatsapp facebook twitter version imprimable

Révérend père, vous venez de célébrer vos noces d’argent au service du seigneur. Comment vous sentez-vous après 25 ans de sacerdoce ?

Je suis heureux et satisfait de ce bout de chemin déjà parcouru comme prêtre du sacré-cœur de Jésus. Il y a eu certes des hauts et des bas, ce qui est normal dans une vie ; mais en regardant globalement ces années, je dois dire que je suis un homme, un religieux et un prêtre comblé.

25 ans, ça fait un quart de siècle. Avez-vous encore des souvenirs de vos premières années de prêtrise ?

Oh oui, je dois dire que mes trois premières années de prêtrise ont été déterminantes et structurantes pour la suite de ma vie. J’ai passé ces premières années dans la pastorale paroissiale avec un aîné et là, j’ai appris à me donner à fond dans le service des chrétiens.

J’ai aussi eu la chance et la grâce de participer, en 1997, au chapitre général comme délégué. cela m’a fait avoir, en si peu de temps, une expérience de la congrégation, de ses forces, ses interrogations et ses difficultés. Tout cela a laissé en moi une forte impression.

Mon curé était aussi souvent malade et une grande partie du travail pastoral reposait sur moi. J’ai donc appris très tôt à être responsable.

Je ne pourrais jamais oublié le décès, après un ans et demi de sacerdoce, de mon papa, le 24 décembre, alors que j’avais non seulement à célébrer les messes de Noel, mais aussi une 50ène de baptêmes à célébrer. J’ai dû faire tout cela avant d’aller enterrer mon père.

Au-delà de cette triste perte inoubliable du tout jeûne prêtre que vous étiez, qu’est ce qui a le plus marqué votre sacerdoce ?

Ce qui a le plus marqué mon sacerdoce est mon engagement à fond dans la formation de mes jeunes frères dans la vie religieuse et sacerdotale. En effet, pendant les 25 ans de sacerdoce que je viens de faire, j’ai consacré 14 ans, donc plus de la moitié, à la formation des jeunes déhoniens. la formation est une tâche noble, difficile, mais aussi ingrate. Mais aujourd’hui, en regardant ces jeunes qui sont l’avenir de la province, je suis heureux et comblé d’avoir rendu ce service délicat à la congrégation et à l’Eglise.

Vous avez été engagés à plusieurs niveaux de la mission de la congrégation, que ce soit dans la formation, dans l’éducation des jeunes, dans les services paroissiaux ou encore dans l’administration. Y’a-t-il un emprunt particulier de notre spiritualité qui vous a personnellement le plus caractérisé dans ces différentes fonctions ?

Les emprunts particuliers de notre spiritualité qui m’ont le plus caractérisé dans les services rendus sont : la disponibilité ou « ecce venio », la générosité dans le don de moi-même pour les autres, l’attention aux autres surtout dans la formation et la vie fraternelle en communauté sous l’angle du « sint unum ». la vie fraternelle en communauté m’a toujours été d’un grand soutient dans les services que j’ai eu à rendre dans la congrégation et ceci jusqu’à maintenant.

25 ans sont certes beaucoup d’années, mais il faut aussi reconnaitre que vous êtes encore plutôt jeunes et pleins de vitalité. Avez-vous des projections pour l’avenir ?

Bien sûr que j’ai des projections pour l’avenir. Notre formateur au postulat nous disait : « Là ou tu dis que ‘ça suffit’, là même tu es mort. », ceci pour dire qu’un être humain doit toujours avoir des projections pour l’avenir. En effet, je voudrais continuer à servir Dieu, mes frères et sœurs, à travers les responsabilités que la congrégation et mes supérieurs me confieront, ceci dans tous les domaines, y compris la missions ad gentes.

La province Camerounaise est relativement jeune en terme de personnel. On note sur plus de 120 confrères 39 ans comme âge moyen. Avez-vous un conseil à donner à ces nombreux jeunes dehoniens ?

Le conseil que je peux donner à mes jeunes confrères c’est d’être généreux et fidèle et disponible dans le don d’eux-mêmes à Dieu dans le service de leurs frères et sœurs. c’est cela qui les rendra heureux et épanoui dans leur vie de consécration au Seigneur. Je les invite à mettre un point d’honneur sur le témoignage de vie chrétienne là ou il vivent et travaillent et à cultiver entre eux une vraie fraternité dans le Christ.

Article disponible en:

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information

S'INSCRIRE

Suivez-nous
sur nos pages officielles

 - 

Inscrivez-vous
à notre bulletin d'information